bienvenue sur www.gabonallsport.info

Match Gambie-Gabon/« Je souhaite que la Caf prenne la bonne décision »

Le Gabon ayant officiellement saisi la Caf au sujet des incidents de l’aéroport de Banjul sur l’équipe nationale gabonaise, le président de la Fégafoot veut simplement mettre la Caf devant ses responsabilités face à un récidiviste.

De retour de Gambie où son équipe, Les Panthères du Gabon, a été séquestrée à l’aéroport de Banjul en Gambie par le vice-président de la Fédération gambienne de football, le Général Ansumana Tamba, au nom d’une victoire des Scorpions contre Les Panthères, le président de la Fédération gabonaise de football, Pierre Alain Mounguengui, a organisé une conférence de presse ce mercredi 18 novembre 2020 à Libreville.

Objectif, donner sa part de vérité et surtout révéler quelques vérités touchantes sur le comportement ignoble des autorités sportives gambiennes et ainsi, saisir la Caf qui « déplore la rétention de l'équipe nationale du Gabon à l'aéroport de Banjul ».

Facilitation de toutes les modalités de voyage, d’arrivée et de séjour jusqu’aux visas non payants à la délégation gambienne au Gabon, il fallait donc d’abord balayer toutes les fausses informations véhiculées par la partie gambienne sur leur séjour au Gabon.

Arrivée de la délégation gabonaise à Banjul le dimanche à 22h45 puis tentative échouée des autorités sanitaires de Gambie de faire faire les tests Covid aux nôtres alors que la législation du pays exige autre chose, récupération et confiscations des passeports de toute la délégation gabonaise par le vice-président de la Fédération gambienne de football, le Général Lang Tonbong Ansumana Tamba, arrivé à l’aéroport sans se présenter et ce, en bonne entente avec le président de la fédéral gambien.

« Après plusieurs appels, j’ai dû utiliser le téléphone de l’ambassadeur du Gabon au Sénégal pour avoir mon collègue qui m’a simplement répondu que cela relevait des compétences de la police et non de la Fédération», a révélé le président de la Fégafoot.

Abandonné avec ses enfants après d’ailleurs une coupure de courant alors que la température était à 30°, c’est à la réunion d’avant match que le président Mounguengui se rendra compte que le bourreau du Gabon est un Officier supérieur et le vice –président de la Fédération.

La Caf attendue aux pieds du mur

Face à cette situation qui ramène le football en général à plusieurs années en arrière, face à ce comportement indigne, scélérat et honteux de la Gambie, le Gabon a saisi la Caf, qui a annoncé lundi dernier qu'elle allait à son tour « saisir les instances disciplinaires en vue d'examiner les causes de cet incident, d'en établir les responsabilités et d'appliquer les sanctions conséquentes ».

La Gambie étant récidiviste ou coutumière des faits risque de se complaire et d’encourager d’autres pays à la stratégie, si on se limite à de simples sanctions pécuniaires.

Mais Pierre Alain Mounguengui se veut loyaliste. « C’est vrai qu’aujourd’hui l’Afrique n’a plus besoin de ce genre de comportements pour un match de football et que nous avons été accueillis en ennemis et non en adversaires, nous laissons la Caf travailler », a lancé le président de la Fégafoot.

L’Institution faitière du football africain, déjà décriée pour son fonctionnement parfois approximatif, a une occasion de remettre le monde entier en confiance. Et le président Mounguengui veut bien croire en cette bonne foi de la Caf. « La Caf est Institution sérieuse et responsable mais je souhaite qu’elle prenne la bonne décision », a-t-il déclaré.

Ce qui ne l’empêche pas aussi de penser à une Caf qui peut jouer à l’autruche. « Si le Gabon n’est pas satisfait de la décision, il y a des voix de recours que nous allons utiliser ». Voilà qui est dit et le feuilleton ne fait que commencer.

Aux dernières nouvelles, la Fédération gambienne de football organise elle aussi une conférence de presse ce jeudi  à Banjul.

Par Livia MOUKAGNI

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.