bienvenue sur www.gabonallsport.info

Cyclisme/Ephrem Ekobena veut prendre la tête de la Fédération

L’ancien international plusieurs fois champion du Gabon et ancien vice-champion d’Afrique estime qu’il est temps que la jeunesse prenne ses responsabilités dans cette Fédération malgré les multiples irrégularités entretenues ici.

Le 14 janvier prochain, le président Maurice Nazaire Embinga, septuagénaire, rendra le tablier car ce sera la fin de son mandat à la tête de la Fédération gabonaise de cyclisme (Fégacy).

Mais malgré les multiples entorses du processus électoral,  Ephrem Ekobena a décidé de se présenter à l’élection du renouvèlement du bureau directeur, prévue ce 14 janvier 2021.

Alors que la date limite du dépôt des dossiers est fixée au 7 janvier 2021, l’ancien cycliste international, bénéficiaire déjà du soutien des plusieurs anciens de poids de la discipline, serait jusque-là encore seul prétendant. Il dit vouloir « prendre ses responsabilités devant l’histoire ».

Mais si on tient compte de la rumeur de plus en plus persistante qui circule, le président sortant, Maurice Nazaire Embinga, 70 ans révolu, qui se refuse de toute rencontre avec les médias, serait encore candidat pour un 3ème mandat, malgré son bilan négatif sur toute la ligne.

A 36 ans, Ekobena estime être aujourd’hui le mieux placé pour défendre les intérêts de cette discipline, plongé dans un coma profond. « Je connais les maux qui minent le cyclisme pour y avoir été au cœur pendant plus de deux décennies, je suis le mieux placé en ce moment pour y apporter non seulement de l’espoir mais aussi et surtout redonner l’envie de faire du vélo aux jeunes », nous a-t-il déclaré.

Fils d’un ancien champion du Gabon de cyclisme, Ephrem Ekobena ne manque de reconnaître qu’il est un « fils » du président sortant qu’il aurait même contacté pour annoncer sa candidature. Mais pour  l’ancien vice-champion d’Afrique junior, « J’ai dit au bosse (Nazaire Embinga : ndlr) qu’il faut savoir quitter les choses car il a déjà fait son temps et n’a plus rien à proposer au cyclisme gabonais ».

 Trop d’irrégularités

 Mais à la lecture du processus électoral ici, on peut déjà craindre le retour de la militarisation de l’élection du 14 janvier prochain, comme en janvier 2017. Et pour causes !

Primo. En quatre ans de mandat, le président Embinga, probablement candidat, n’a jamais tenu une seule AG. Et les cyclistes se demandent bien ce qu’il viendra leur dire !

Secundo. Il a publié e communiqué d'appel à candidature le 19 décembre dernier, rien à voir avec les  60 jours statutaires qui déterminent le lancement du processus électoral ou calendrier électoral au point où, jusqu’à ce jour, aucune Commission électorale n’est mise en place.

Tercio, le processus de renouvellement des cinq ligues que compte la Fégacy ne s’est arrêté qu’aux ligues du Haut-Ogooué et la Ngounié. Et à moins de dix jours de l’élection, on ne sait pas qui sont les présidents des ligues de l’Estuaire, de l’Ogooué Maritime et du Woleu-Ntem, en fin de mandat depuis plusieurs mois.

Et comme si cela ne suffisait pas, dans le communiqué d’appel à candidature, non seulement le président Embinga appelle les candidats à aller déposer leurs dossiers au Comité national olympique (pourquoi ?) mais curieusement, tout candidat doit présenter un test-covid délivré par le laboratoire Pr Gahouma.

Il y a donc danger ! Et l’heure est venue pour que le ministère des Sports jette un regard urgent et assez objectif sur ce dossier qui risque de diviser davantage une famille sportive déjà en lambeaux.

Et à ce titre, soit la tutelle se penche sur un report de l’élection soit opter pour une autre normalisation d’une Fédération sportive dans notre pays.

Par Jean-Claude NOUNAMO

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.