bienvenue sur www.gabonallsport.info

Football/Blanchard Andoume jette un regard froid sur le football gabonais

Le président délégué du CF Mounana parle de la qualification des Panthères pour la Can 2021, des éliminatoires de la coupe du monde, de l’aide Covid Fifa, du championnat national et de l’élection à la Fégafoot. Lecture.

Gabonallsport : Le Gabon qualifié pour la Can 2021. Une réaction ?

Blanchard Andoume: « Je pense qu’il faut d’abord féliciter Les Panthères pour leur qualification pour la Can 2021 chez nos voisins. J’imagine toute la mobilisation qui va se faire pour se rendre au Cameroun, sachant que la Guinée Equatoriale est aussi qualifiée. Nous serons derrière notre équipe nationale aussi nombreux que cela sera possible.

Malgré la qualification des Panthères à la prochaine Can, il y'a eu une polémique autour des joueurs réservistes sur leur capacité à faire le jeu en l'absence des ténors.

Le Gabon a fait un parcours élogieux lors de la phase éliminatoire. Tous les Gabonais ont accueilli avec satisfaction la qualification de l’équipe. Je félicite sans réserve toutes les personnes qui ont ouvrées pour cette qualification. La qualification acquise il est important que nous travaillions à présent sur les objectifs de notre participation à cette Can. Le Gabon jusqu'à présent n'atteint que les quarts de finale de cette compétition et c’était en 1996 et en 2012.

Il serait bien que l’équipe actuelle franchisse au moins le palier des demies finales. Il faut briser le plafond de verre. Ce groupe est bon dans l’ensemble. Il y'a certainement des réglages à faire dans certains compartiments et le banc de touche qui n’est pas très rassurant. Le coach doit certainement y travailler et je crois qu’il aurait eu plus de choix si nous avions un championnat en cours.

Quel regard portez-vous sur cette équipe par rapport aux éliminatoires de la Coupe du Monde ?

Dans tous les cas, il faut des réglages pour bien aborder la phase éliminatoire de la coupe du monde. Tout est possible et nous avons nos chances même si notre groupe est relevé. Là aussi, notre vœu à tous est de voir le Gabon se qualifierpour la première fois à une coupe du monde.

Notre football prendrait du galon et nous aurons des nombreuses externalités positives. Argent, visibilité et émulation des vocations chez les joueurs. Le Togo a été en coupe du monde, pourquoi pas le Gabon.

L'aide Fifa-Covid19. L'ANFPG : abus de pouvoir ou démarche logique ?

 Concernant  l’aide Covid-19. Je dois dire que c’est une décision judicieuse et soulageante pour nos pays qui n’ont pas de moyens de résilience en situation de crise. Cette aide est destinée aux associations membres de la FIFA pour pallier aux carences économiques et financières des saisons 2019-2020 et 2020-2021.

Il n’a jamais était question que cette argent serve pour couvrir les dettes des clubs mauvais payeurs des joueurs pour les saisons 2016 à 2018. Pour moi c’est un détournement de l’objet et je me désolidarise de ceux qui ont initié ce schéma scandaleux qui est la consécration de la prime à médiocrité. Et du coup au lieu de recevoir pour nos joueurs et notre staff la somme de 6 millions FCFA, nous avons reçu 2,5 millions FCFA. C’est écœurant et discriminatoire. On n’encourage pas les bons élèves.

Ceci dit, j’ai découvert hier seulement (le 21 avril : ndlr) le contenu de ce protocole. Certains disent qu’il a été signé par la Fégafoot, le Ministère des Sports, l’Association des clubs et des joueurs. D'autres disent qu’il n'a pas reçu la signature de la Fégafoot et du Ministère. Analysons les deux cas de figures.

Dans le cas où la Fédération n'a pas signé ce protocole et c'est ce qui semble être soutenu par cette dernière, on dirait qu'elle n'est pas partie prenante au protocole et n'est donc lié à aucun engagement. Elle possède le pouvoir discrétionnaire de distribuer l'aide Covid 19 à sa guise.

Dans le cas où il a été signé par toutes les parties, ce protocole les engage et il n'est pas possible de rétropédaler car en effet, l'ANFPG a raison de réclamer le paiement de la seconde tranche dans les mêmes conditions que lors du paiement de la première en septembre dernier.

Il faut bien lire le protocole. Je pense que sur la question des arriérés de la dette des joueurs des saisons 2016-2017 et 2017-2018 l'article 3B du tiret 2 alinéa 1 et 2 est clair.  Et je pense qu’il faut respecter les engagements pris. Il s'agit des dispositions liées à l'aide exceptionnelle Fégafoot.

Pour ce qui concerne donc la seconde tranche de l'aide, 125 millions FCFA doivent être déduits de l'aide Covide19 et doivent être affectés au paiement de la dette des joueurs. Le rétropédalage n'est pas opportun.

Selon certaines sources, septembre serait la date de réouverture des arènes sportives. Le sélectionneur aura-t-il du temps d'un regard aux locaux ?

Je pense que les joueurs et les clubs à travers leurs associations respectives ont suffisamment appelé de tous leurs vœux la reprise du championnat pour diverses raisons. Les acteurs du football vivent de la pratique du football. Il y a des emplois directs et indirects qui sont affectés par l’arrêt du championnat.

Nombreux sont ceux qui tirent le diable par la queue et ne bénéficient d’aucune compensation, d’aucune aide. Je pense que nous devons reprendre les activités en tenant comptes des modèles européens et africains ou les championnats ont repris malgré la pandémie. Pour cela il faut de l’argent, donc un ou des sponsors.

Pour moi, il faut adapter le modèle de compétition pour éviter trop de déplacements des équipes et il faut appliquer un protocole sanitaire strict lors des entraînements et des matchs.

N’oublions pas que le championnat permettra aussi au sélectionneur national de dénicher des talents qui pourraient colmater les brèches au sein de notre équipe nationale engagées en phase finale de la CAN et à la phase éliminatoire de coupe du monde.

S’il n'y a pas de championnat, les locaux ne pourront rien prétendre de l’une ou l´autre compétition avec l’équipe nationale.

 Président, 2022 est proche, Blanchard Andoume se relance-t-il pour la présidence de la Fégafoot?

Concernant l’élection de 2022, sachez que je n'y pense pas en me rasant tous les matins. Mais je persiste et signe que l’on peut mieux faire avec une équipe neuve et des idées neuves pour l’envol de notre football.

Concernant ma vision de cette élection, je vais vous dire que la machine de la fraude à la loi est en marche. Je vais vous prendre l’exemple de la ligue de l’Ogooué Lolo. Ce qui s’y passe à la demande de la Fégafoot est ahurissant et scandaleux

L’élection est prévue pour le 15 mai prochain. C’est troublant. En effet le 12 avril dernier, la Ligue du G7 a nommé les membres de la commission électorale et a mis en place le processus électoral et le calendrier électoral, au grand dam de tous et surtout au mépris des dispositions du code électoral qui est la colonne vertébrale de toutes élections de la Fégafoot et des institutions affiliées. Ceci est prévu à l’article 2.2 du code du code électoral. Cela ne sent pas bon.

Par ailleurs, selon l’article 5.1, le même code électoral, prévoit que la commission électorale est élue pour un mandat de 4 ans par l’Assemblée générale extraordinaire. Les textes sont une fois de plus foulés aux pieds. Et cela semble le schéma retenu pour toutes les autres ligues. La campagne de l’équipe actuelle a déjà commencé sur une fausse note et c’est bien triste ».

Réalisé par Willy EYI BEYEME

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.