bienvenue sur www.gabonallsport.info

Cyclisme/«Il faut que Papa Nazaire Embinga passe la main »

C’est l’appel lancé par Maurice Obiang, cadre du cyclisme gabonais, qui nous donne la lecture du cyclisme gabonais aujourd’hui, le bilan du président de la Fédération gabonaise de cyclisme et propose quelques pistes de solutions pour sauver la discipline, mourante.

Gabonallsport : Qui est Maurice Obiang?

 Maurice Obiang : « Je suis gabonais et agent public. Sur le plan sportif, je suis Secrétaire général du "Club Providence" et statutairement Secrétaire général adjoint de la fédération gabonaise de cyclisme (FEGACY).

Commissaire national de l'Union cycliste internationale (UCI), je suis régulièrement retenu pour la direction des courses de la Tropicale Amissa Bongo et des courses nationales. En un mot, je suis un professionnel du cyclisme.

Cadre du cyclisme gabonais, vous avez pourtant disparu depuis bientôt deux ans.

En effet, les obligations professionnelles m'ont amenées à l'intérieur du pays. Surtout et malheureusement, par le fait de la mauvaise lecture des statuts de la FEGACY par certains membres du bureau actuel, qui pensent que le président de la Fédération peut changer à souhait les membres du bureau, en lieu et place de l'Assemblée générale, unique organe ou instance qui admet et révoque les membres, même le président. Hélas!

Qu'elle lecture faites-vous du cyclisme gabonais aujourd'hui ?

Le cyclisme gabonais est dans un état léthargique. Un bilan mitigé. Le bureau actuel a fait que les Gabonais aient un dégoût du cyclisme. Pour la petite histoire : j'ai vu sur un parcours de la Tropicale, les populations qui allaient aux champs et qui ont même refusé de nous regarder passer. Invariablement.

Fin du mandat de l'actuel bureau. Votre réaction.

Monsieur Maurice Nazaire Embinga est un père pour moi. Nous avons passé de bons moments ensemble. Aussi, un beau-père dans le sens trivial du terme. Je lui dois du respect. Il a fait ce qu'il a pu. Le double contexte de la crise économique et sanitaire n'ont pas favorisé les choses pour lui. Il est question de dire à Papa de passer la main.

« Il faut dans ce monde en mutation savoir quitter les choses avant qu'elles ne vous quittent », dit un adage. Après avoir loyalement servi l'administration et le sport, il faut se reposer. Il ne sert à rien de vouloir se représenter ou de préparer un poulain.

Je sais dans quelles conditions il a été élu et comment il se retrouve toujours à la tête de la fédération. Il a un club, qu'il le gère tranquillement et qu'il prenne part aux courses cyclistes avec son club. Sportivement papa!

Depuis quelques temps, vous recevez des appels à candidature. Votre avis?

Cri du cœur auprès de la famille cycliste. En effet, je suis presque harcelé par tous ceux qui me connaissent pour me présenter. Mes fonctions actuelles nécessitent un certain nombre d'autorisations de la part de la hiérarchie. C'est une question que je vais étudier. La famille cycliste, à mon sens, se trouve aujourd'hui divisée. Il est question avant l'élection d'organiser les états généraux du cyclisme.

En tant que candidat ou pas ?             

Si réellement je suis confirmé candidat, avant  l'élection, il faut impérativement organiser cette grande messe cycliste au cours de laquelle chacun, dans son domaine d’intervention, devrait se prononcer.

Pour ceux qui ne le savent pas: il y a des athlètes (cyclistes), des clubs et ligues. Ensuite, sur plan technique: des mécaniciens,  coaches,  commissaires (arbitres), médecins sportifs,    kinésithérapeutes, diététiciens, mécènes, médias, anciens cyclistes et surtout des sponsors à trouver pour ne plus être tributaire de la subvention de l'État.

C'est tout ce monde que je compte regrouper à Libreville pour regarder les forces, les faiblesses et les opportunités de relance du cyclisme au Gabon. Mais il serait aussi prétentieux de penser qu’en l’état actuel du cyclisme au Gabon, une seule personne puisse proposer un remède miracle.

Peut-être un mot de passe ?

Dire seulement à tous ceux qui aiment le cyclisme que le cyclisme ne mourra pas d’une si bonne mort. Même dans le désespoir actuel, quelque chose sera faite pour sauver la discipline  

Réalisé par J-C.N

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.