bienvenue sur www.gabonallsport.info

Football-Découverte/Jeevons Eya Junior : une pépite de plus pour le Gabon !

Il est âgé de 18 ans, né d’une union entre un Gabonais et une Centrafricaine. Le jeune attaquant joue en France et serait pétri de talent mais son cœur bat plus pour le Gabon que la RCA. Entretien!

Gabonallsport : Peut-on savoir qui vous êtes réellement ?

Jeevons Eya Junior : « Je suis Jeevons Eya Junior, fils de Mr Eya. Je suis né à Bangui, en République Centrafricaine le 1er juillet 2002. C’est dans cette ville que j’ai vécu les 7 premières années de ma vie. Puis je suis arrivé en France à l’âge de 8 ans avec ma mère et c’est la ville de Niort qui nous a accueillis.

Et comment vous débutez votre aventure avec le football ?

C’est ici en France que j’ai commencé à jouer au foot avec des enfants du quartier où on résidait. J’avais alors 8 ans. Et c’est en me voyant jouer qu’un des entraîneurs des jeunes du club de foot de la ville, le CNFC (Chamois Football Club) est venu vers moi et m’a fortement conseillé d’aller passer les tests pour intégrer le club.

En rentrant tout excité à la maison, j’en ai parlé à ma mère qui ensuite, a fait les démarches pour m’amener au club où j’ai passé 6 ans. Je le quitterai suite à des soucis de santé mais sans vraiment me rendre compte à cette époque de la chance que j’avais d’être dans un centre de formation. Faute de discipline personnelle, j’ai failli même laisser le foot.

Mais c’est après avoir été contacté par plusieurs clubs de la ville et de ses alentours que j’ai décidé de continuer à exercer ce qui devenait ma passion. J’ai donc signé au Chauray FC où j’ai passé une année en Division 1. C’est au cours d’un match que nous avons remporté sur le score de 4-1 dont 2 buts et une passe décisive signée de moi que les choses vont se dessiner d’avantage pour moi.

La prestation va me faire signer dans un autre club, UANSF Saint Florent où l’offre était intéressante et je viens de passer 4 années avec le club.

Agé de 18 ans aujourd’hui, la situation sanitaire et l’arrêt des compétitions en France m’ont obligé à quitter le club, certes aux portes d’une accession au championnat national des jeunes, car nous étions à la tête de notre classement de R1.

Mais vous êtes sans club en ce moment, à ce qui semble.

Vous êtes informé ! Oui et la raison est toute simple. Pour la poursuite de mes études, j’avais préalablement choisi la ville de Limoges, à la suite d’un contatc et d’une discussion avec le coach et l’équipe évoluait en National 2. Le projet concordait bien avec mon projet d’avenir.

Mais malheureusement, après avoir fait toutes les démarches et bouclé presque totalement mon installation dans la ville, le club a fermé pour des raisons financières. Ce qui est trop tard pour moi pour faire marche arrière. Mais je ne désespère pas pour trouver un club afin de continuer à pratiquer l’activité que j’aime le plus.

On vous dit assez talentueux.

Cela peut être vrai pour ceux qui m’ont déjà vu jouer. Je vous informe déjà que je suis attaquant et j’adore le jeu axé sur l’offensive. Ma qualité principale est ma vitesse, mon goût pour le dribble et les beaux gestes. Mais je sais que je dois encore beaucoup travailler pour être mieux que ce que je suis déjà.

La France est là, la RCA, le pays de votre mère et le Gabon, le pays de votre père. De quel côté penche plus votre cœur en cas de sollicitation.

En commençant par la France, je n’ai jamais été retenu aux stages conduisant aux portes de l’équipe de France parce que malheureusement, je n’avais pas la nationalité.

Mais pour moi, ce serait vraiment un honneur de jouer pour le Gabon et de représenter les couleurs de mon pays. Un véritable honneur pour moi de marcher sur les pas d’un aîné et un de mes joueurs préféré, Aubameyang. Ce serait aussi une très bonne opportunité pour moi de montrer ce que je sais faire.

Avez-vous quelques contacts avec le Gabon ?

Je n’ai malheureusement jamais été en contact avec le Gabon à cet effet. Par contre j’ai déjà discuté à ce propos avec un ancien international gabonais, qui m’a bien conseillé.

Un mot de fin ?

En mot de fin, j’aimerais déjà vous remercier de m’avoir accordé l’occasion de m’exprimer, de me faire connaître du Gabon. J’espère simplement que mon profil va intéresser les dirigeants gabonais pour qu’on soit ensemble ».

Réalisé par Jean-Claude NOUNAMO

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.