bienvenue sur www.gabonallsport.info

Editorial-Covid 19/Un an sans sport : ça se fête ou ça se pleure ?

Voici près de 365 jours que toutes les activités sportives sont suspendues au nom du coronavirus. Que de vocations sportives brisées! Que de désœuvrés ! Que de mendiants ! Que de chômeurs ! Que de familles et de foyers brisés !

Depuis ce 12 mars 2021 à 00h01, des cris viennent de partout. D’abord un cri, puis deux, trois et subitement des milliers de cris venant de tout le Gabon. De Libreville à Port-Gentil en passant par Mbigou, Bitam et Makokou, c’est le même refrain, c’est le même credo mais psalmodié sous plusieurs mélodies et des maîtres de chœurs différents.

« Un an sans jouer, je veux jouer parce que je ne vis que de ça», « un an sans championnat », « Je veux courir,  faites-moi courir », « Je veux faire mon sport, faites-moi faire mon sport », « un an sans activité ».

Qui sont ces voix qui crient depuis le milieu de la nuit ? Et une autre voix de me répondre : « C’est nous les sportifs gabonais. Assassinés de la Covid 19 sans rendre l’âme, envoyés au fond de la caverne au prétexte qu’on nous préserve de la pandémie. Ils ont fait de nous des martyrs de la pandémie ».

Totalement confus, j’ai demandé à qui s’adresse-t-on ? Et un costaud garçon, en pleurs, visiblement essoufflé par un lourd fardeau qu’il a supporté depuis le 12 mars 2020 et sans secours, de me répondre. « Parce que nos voix ne comptent pas pour eux, parce que nos carrières de sportifs ne comptent pas pour eux, vas leur dire qu’ils ont brisé nos carrières, ils ont fait des désœuvrés, des mendiants, des chômeurs. Ils ont brisé nos familles et nos foyers ».

Et le discours décodé, j’ai compris qu’il s’agit de cette génération hier, sacrée !

Une étonnante logique de lutte au Gabon

Alors que ses enfants crient pour la reprise des activités sportives dans le respect des mesures-barrières, alors qu’au 8 mars 2021 les Etats-Unis comptaient 537 838 morts de covid, 265 500 morts au Brésil, 88 574 en France, 50 678 en France et 8682 au Maroc, le Gabon compte le plus petit nombre de décès dans la sous-région sportive de l’Afrique centrale avec 90 décès (96 ce 12 mars ), derrière la RDC 712, le Cameroun 551, le Tchad 140, le Congo 131 et la Guinée Equatoriale 96 et devant la RCA 63 décès.

Comment comprendre que ces différents pays aient repris les activités sportives ou organisé d’importants rendez-vous sportifs? Dieu nous a-t-il déjà finalement laissé de faire du Gabon ce que nous en faisons aujourd’hui ?

A supposer que ce ne soit pas le cas ! Alors,j’accuse les autorités sportives qui semblent toujours peiner à mettre en place une politique sportive réaliste pour la reprise des activités sportives.

J’accuse les autorités sportives qui semblent déjà faire croire à leurs sportifs que la covid 19 aurait « trouvé domicile » au Gabon.

J’accuse les autorités de notre pays qui ne semblent pas rassurer leurs sportifs face aux multiples calendriers sportifs internationaux.

Non, nous ne pourrons pas faire de notre pays une « Grande Nation de sport » si on n’arrive pas à trouver un palliatif de sauvetage du sport gabonais comme les autres en ce temps de crise sanitaire. Et si la crise sanitaire allait jusqu’en 2023 !

Un an sans activités sportives : ça se fête ou ça se pleure ? A chacun d’apprécier selon ses convictions ! Mais retenons tous que nos sportifs veulent aussi célébrer des victoires!

Par Jean-Claude NOUNAMO

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.