bienvenue sur www.gabonallsport.info

Editorial-Covid 19/Après l’obéissance et la résignation, on craint déjà la désobéissance !

La loi est dure mais c’est la loi. Mais lorsqu’une loi ne semble plus faire l’unanimité, il n’est pas étonnant qu’elle soit violée, au nom d’une certaine résignation dont le tracé tend malheureusement et très souvent vers la désobéissance.

Le coronavirus a déjà bouleversé nos us et coutumes au point où à un moment donné ne semble plus constituer un danger ou une menace. Et quand on regarde la manière dont cette pandémie est gérée dans notre pays, tout porte à croire qu’il y a un autre projet qui se cacherait derrière la covid-19.

Oui après les sept premiers mois d’obéissance, d’ailleurs mitigée, les sportifs, résignés, commencent à se demander pourquoi c’est eux qui continuent de payer le lourd tribut de ce paradoxe. Et les décisions prises par nos autorités laissent croire qu’au Gabon, le sport est activité moins nécessaire.

Depuis le début de la pandémie, à quelques exceptions près, les marchés, censés constituer les principaux foyers de transmission de cette maladie n’ont presque jamais été fermés et ne semblent pas toujours constituer ce danger réel qu’on doit craindre.

Au moment où les autres pays ont déjà lancé leurs activités sportives, notre pays reste encore enfermé dans une logique de restriction qui n’exclut que les clubs admis en compétitions internationales et de quelques équipes nationales de sports individuels.

Le reste, semble-t-il, attend la trompette du ciel qui annonce la libération d’un peuple enchaîné dans une geôle, disons une fin définitive du coronavirus.

Des décès par milliers mais les sportifs déjà en activités

Au 16 décembre 2020, nous avons 311073 morts aux USA, 65857 en Italie, 59 072 en France, 48401 en Espagne mais curieusement, les activités sportives, toutes compétitions confondues, ont déjà repris depuis près de trois mois ; même si c’est à huis-clos. La NBA, La Champions League, les éliminatoires des coupes africaines et autres championnats nationaux européens.

23661 en Afrique du sud, 6996 en Egypte et 6 711 au Maroc, 3956 en Tunisie la plupart sinon toutes les disciplines ont lancé leurs activités sportives.

Dans la sous-région d’Afrique centrale et pour ne prendre que ces deux exemples, le Cameroun avec ses 445 morts et la RDC avec 358 morts sont tout aussi étonnés de voir le Gabon continuer à enfermer paradoxalement ses sportifs avec 63 décès.

Oui cela devient un paradoxe pour un pays qui se projette dans une vision de « Grand pays de sport ». Peut-on finalement vouloir une chose et son contraire ? Et si le coronavirus allait à plus d’un an !

Marchés ouverts ! Eglises ouvertes ! Activités politiques et autres caravanes ouvertes ! Et voilà le Gabon, pays de paradoxes ! « Chers compatriotes, apprenons à vivre avec cette maladie », avait pourtant indiqué récemment un ancien Premier Ministre.

De la désobéissance ?

Après des compétitions organisées dans la clandestinité dans nos quartiers parce qu’on veut garder la forme, nous sommes certainement entrain de tendre vers la désobéissance à ce confinement à géométrie variée.

Les bars ont donné le ton, les big-matches se jouent déjà, certains clubs auraient déjà débuté les entrainements, certaines Fédérations ont lancé leurs activités. Oui les sportifs ont obéi, et pendant un long moment, se sont résignés en vivant cette paradoxale logique.

Vivement que le Chef de l’Etat, lors de son discours ce 31 décembre, pense à cette franche des citoyens qui fait le plus honneur au pays.

Les sportifs attendent une très bonne nouvelle du Grand Patron ce 31 décembre à 19h45 et ils seront guéris car ne plus faire de sport est ce dont ils ont le plus souffert à cause de la Covid-19.

Mais oubliés encore, au nom d’une maladie dont certains se serviraient déjà pour d’autres fins, considérer le sport comme activité moins nécessaire revient à occulter le rôle même du sport, celui de participer à la vie de la cité, au tissu social, créer et renforcer les liens entre les populations (sportifs, supporters, simples amateurs).

 En cette veille d’une nouvelle année, le rôle symbolique du sport ne devrait plus être sous-estimé au risque de voir les sportifs sortir de leur résignation et de décréter une désobéissance qui ne dira pas son nom, à supposer qu’elle ne soit pas encore décrétée.

Bonne et heureuse année 2021 à tous et à chacun!

La Rédaction

 

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.