bienvenue sur www.gabonallsport.info

Editorial/Des Fédérations mises sous assistance respiratoire !

Présidents de Fédérations à vie et à la fois SG, TG. Fédérations sans assemblées générales pour rendre compte et dont certaines n’existent que dans les ordinateurs. Tourisme sportif. On veut désormais changer les choses. Que les moribonds libèrent donc les lignes et que les mourants meurent !

Le coronavirus a failli encore sauver certaines Fédérations sportives au Gabon. Du moins celles qui brillent par leur laxisme et leur absence sur le terrain. Celles qui n’existent que dans les ordinateurs, les domiciles ou les bureaux de leurs présidents.

Rose Christiane Ossouka Raponda, le Premier Ministre a failli donner l’occasion à d’autres de se cacher derrière son impopulaire décision de suspendre encore la pratique des sports collectifs au Gabon, au nom d’une pandémie qui fait peur aux autorités gabonaises, responsables d’un système sanitaire approximatif, ou qui (pandémie) continuerait d’enrichir certains dirigeants du pays.

Mais en annonçant la désormais réforme sur la pratique du sport au Gabon, Franck Nguéma, le ministre des Sports, est venu, à tort ou à raison, tuer les Fédérations sportives au Gabon. Oui la loi est dure mais c’est la loi et ce sera désormais la loi pour exister, j’allais dire pour bénéficier de la subvention de l’Etat.

Ailleurs on appelle ça « cahier des charges », désormais obligatoire à tous. Et à ce qui semble, le Gabon était encore le seul pays où les présidents des Fédérations sportives percevaient et géraient l’argent du contribuable sans rendre compte. Le seul pays où une Fédération avait pour siège, l’ordinateur, le domicile ou le bureau de son président. Le Gabon était le seul pays où une Fédération n’avait parfois besoin que d’une seule ligue pour exister et ainsi faire des voyages à travers le monde au nom de sa quelconque existence.

Oui le Gabon était le seul pays, à ce qui semble, où un président de Fédération pouvait rester en poste tant qu’il voulait et surtout sans rendre compte de sa gestion à ses électeurs ou à sa tutelle, un pays où des présidents-SG-TG font un mandat sans une seule assemblée générale et est miraculeusement reconduit lors de l’élection.

Franck Nguéma est un garçon, pourvu qu’il applique sa nouvelle politique car beaucoup, sinon tous ses prédécesseurs ont buté à cet endroit, le mouvement sportif étant un lobby, et un vrai.

Quand nous regardons le handball, le tennis sur cours et le tennis de table ou le cyclisme où les présidents sont en fin de mandat sans une seule assemblée générale et se promènent comme si cela était une norme. Quand nous pensons au wushu qui n’existe que de nom ! Non le mouvement sportif était un grand malade, il est bien malade.

Mais il faut bien que cela cesse, il faut que le Gabon décolle, il faut qu’on cesse d’enrichir nos dirigeants sportifs, il faut véritablement que le tourisme sportif meurt définitivement dans notre pays. Ce sera dur mais si c’est le prix à payer pour un nouveau décollage, cela en vaut la peine.

A ces Fédérations mises sous assistance respiratoire, si le mouvement sportif peut véritablement décoller en vous laissant mourir, nous vous souhaitons un voyage, à la mesure de votre mauvaise gestion, dans l’au-delà et pour le moins, allez reposer dans la tourmente car vous avez rendu de très mauvais services à des générations de jeunes qui n’avaient qu’une seule envie, celle d’honorer notre la  nation gabonaise parle sport!

Merci à Franck Nguéma d’oser, pourvu que cela ne soit pas juste du buzz comme cela sait bien se faire dans notre pays ! Et pour preuve, on ne sait pas à partir de quand cette réforme va s’appliquer.

Par Jean-Claude NOUNAMO

 

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.