bienvenue sur www.gabonallsport.info

Editorial-Basketball/La nuit des longs couteaux ou le bal des vampires !

On monte des faux candidats dans les ligues. On tisse des fausses alliances. On emballe quelques agents fripouilles du ministère des Sports et on envoie des mercenaires en infiltration pour le sale boulot. Et hop, on élit un président fédéral !

Ca y est ! La guerre a commencé et les clans ont refait surface dans cette grande et belle famille du basketball gabonais. Oui l’élection fédérale approche. Période où tous les coups et manœuvres sont permis, l’essentiel étant juste d’arriver à la tête de la Fédération.

Entre les trahisons, les fausses alliances et les alliances nocturnes, les vampires, j’allais dire les agents du sale boulot vont trouver boulot. Du moins pour le temps des élections.

On monte des faux candidats, j’allais dire des candidats sans conviction et parfois sans personnalité. Des bons troubles-faits et on emballe quelques agents fripouilles du ministère des Sports, parfois habitués à ces jeux lors des élections dans les fédérations. Il paraît que là-bas, c’est les périodes où il faut bien manger.

La mission des vampires ?

S’infiltrer d’un camp à l’autre, empoisonner l’atmosphère, diviser et quand ils le peuvent, poignarder l’homme qui dérange, en fait l’ennemi désigné et venir pleurnicher ou le consoler quelques jours après. Et au basket, on les connaît parfois bien même s’ils ont l’art de jouer au caméléon.

Non seulement ils n’ont pas un passé assez remarquable dans la discipline, mais aussi et surtout, ils viennent proposer leurs services au prix de la trahison de l’autre. Chers candidats, méfiez-vous d’eux car je sais que vous les connaissez. Ces perfides trompeurs sont si bêtes qu’ils ne savent même pas cacher leurs scélérates images.

A Libreville, à Koulamoutou et à Makokou, ces Judas Iscariot en costumes d’agneaux et en statut de soutiens, ont déjà fait parler d’eux. Très certainement qu’à Franceville, Oyem et Port-Gentil ce samedi, ils seront encore à l’œuvre.

Mais à qui profite cette situation créée ou à créer ? Surtout pas au basketball gabonais qui n’a que trop souffert de ces bals de vampires et autres nuits des longs couteaux !

Mais ce que les basketteurs doivent comprendre, c’est que ce n’est pas un footballeur ou un judoka qui viendra arranger vos problèmes. Poignardez-vous, tuez-vous, chers basketteurs mais sachez que c’est le sang d’un basketteur qui va couler ! Ce n’est qu’un basketteur qui va mourir et c’est le basket qui va perdre. Attention à l'histoire! Comprend qui peut comprendre!

Par Jean-Claude NOUNAMO

+241 773 020 04 / 660 575 55
Vallée Sainte Marie Libreville / Gabon

Please publish modules in offcanvas position.