Boxe/Alfred Bongo désormais légitimé par l’AIBA

Invité par l’instance internationale pour prendre part au congrès annuel, le débat semble clos sur son illégitimité et l’homme veut aller vite dans la reconstruction de la boxe gabonaise.

Contesté puis suspendu par le Comité national Olympique (CNO), après son élection le 27 mars 2017, et récemment démis de ses fonctions par une franche des présidents des ligues, Alfred Bongo peut désormais dormir du sommeil des justes.

Au cours d’une conférence de presse le week-end, le président de la Fédération gabonaise de boxe a présenté une lettre d’invitation de l’AIBA, à aller prendre part au Congrès de cette institution à Moscou en Russie les 2 et 3 novembre 2018.

C’est ainsi qu’investi de cette reconnaissance international, il s’est donné l’occasion d’aborder, sans hésiter, toutes les questions qui lui ont été posées.

Désormais seul patron de la Fégaboxe, il est revenu sur son bilan à mi-parcours. «Nous essayons de remettre la boxe sur le droit chemin, apporter une nouvelle dynamique un nouvel élan et surtout, renouer avec le grand public », a-t-il déclaré, citant à titre d’exemple la finalisation du projet de la boxe professionnelle, le lancement du tournoi de présélection, qui regroupe les pugilistes de l’Estuaire, du Haut-Ogooué, du Moyen-Ogooué, de la Nyanga, de l’Ogooué Maritime et du Woleu-Ntem.

Loin de s’auto satisfaire, l’homme sait que les embûches demeurent et le chemin encore long. Entre les «polémique stériles entretenues par des personnes qui tirent les ficelles et qui se croient dans l'ombre », celui qui «s'improvise président d'une fédération du jour au lendemain sans maitriser les procédures établies », Alfred Bongo reconnaît que tout cela a ralenti son élan mais garde l’espoir que tout finira par aller pour le mieux.  , surtout que « la Fédération n’est pas ma propriété ».

Quant à sa reconnaissance à l’AIBA, les choses sont définitivement claires. «Le seul bureau qui est reconnu par les instances internationales est celui que je préside depuis plus d'un an. La preuve est que j'ai été invité au prochain Congrès de l'AIBA qui se tiendra les 2 et 3 novembre prochain à Moscou en Russie pour élire les deux présidents de cette instance internationale. Et à ce niveau je pense que les choses sont définitivement claires».

En bon Bantou, le président fédéral sait qu’il ne peut pas tout faire seul. La boxe ayant des ressources humaines de qualité, il appelle tout le monde à venir mettre la main à la patte afin la redynamisation du noble art gabonais. «Je suis ouvert à toute discussion car la Fédération gabonaise de boxe n'est pas ma propriété », a-t-il indiqué.

Ainsi, « Si des personnes  qui estiment avoir une expertise veulent travailler, je leur demande de la mettre au service du collectif et du bureau que je dirige en toute démocratie».

Il faut relancer la boxe. Et à ce titre, un plan efficace est déjà mis en place. Pour le président Alfred Bongo, celui-ci passe par la promotion, la formation,  le rapprochement de la discipline du grand public.

Autre projet et non des moindres, la nouvelle Fégaboxe entend vendre la boxe partout où besoin se fait sentir afin de « refaire de la boxe un sport national et de redorer son blason». «Nous allons multiplier les clubs dans tous les corps habillés et dans les quartiers tout en les dotant du matériel de qualité », a conclu le président Bongo.

Par Livia MOUKAGNI

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Actuellement en ligne

Nous avons 36 invités et aucun membre en ligne

 

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Compte bancaire ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON