Boxe/Démission du 1er Vice-Président et du Secrétaire général de la Fédération

Clément Tsamounou et  Paul Ilengou l’ont officiellement signifié au Président fédéral par des courriers dont nous avons reçu copie et dans lesquels ils dénoncent les prises de décision unilatérales du président fédéral au mépris des textes.

On avait pensé, lors de son élection le 25 mars 2017, comme président de la Fédération gabonaise de boxe (Fégaboxe), qu’Alfred Bongo était le messie ou l’homme providentiel de la boxe gabonaise.

Aujourd’hui, les faits semblent prouver le contraire avec la démission de deux importants membres du Comité exécutif de la Fédération. Il s’agit du premier Vice-Président, Clément Tsamounou, et du Secrétaire général, Paul Ilengou.

Le premier accuse le président Alfred Bongo de prendre unilatéralement des décisions qui engagent la Fédération, au mépris des textes en vigueur. « J’ai été désagréablement surpris du remaniement du 5 mars 2018 dans lequel, sans consultation préalable et au mépris des textes règlementaires, j’ai été nommé 2ème Vice-Président alors que j’ai été élu pour quatre ans comme 1er Vice-Président », écrit Clément Tsamounou.

S’adressant alors au président fédéral, Clément Tsamounou affirme : « On juge la grandeur d’un homme par sa capacité à respecter sa parole, ses engagements. Vous ne respectez rien de ce à quoi vous vous êtes engagés pour la famille de la boxe au Gabon ».

Quant au SG, qui revient sur les mêmes motifs que le 1er Vice-Président, il dénonce cette même modification du bureau et son éviction comme Secrétaire général de la Fédération.

Si pour Paul Ilengou « mon éthique ne saurait s’accommoder de certaines pratiques du bureau actuel dont je ne suis pas solidaire », pour Clément Tsamounou, « Je ne saurais fonctionner dans l’illégalité en acceptant un titre de 2ème Vice-Président qui n’a pas été entériné par une Assemblée Générale ni être complice des actions du bureau actuel lorsqu’elles sortent du cadre légal ».

La situation parait donc explosive lorsqu’on sait déjà que le 4 avril dernier, le collectif des présidents des ligues avait sollicité l’intervention du ministère des Sports sous quinzaine au risque de voir le président Alfred Bongo destitué lors d’une Assemblée générale qu’ils préparaient.

Puis quelques jours plus tard, c’était le tour du DTN, Dieudonné Mefaghé, de s’insurger sur le disfonctionnement au sein du Comité directeur de la Fédération et dont son « éviction abusive et son interdiction d’accès à son bureau de la Fédération ».

Jusqu’à ce jour, le président Alfred Bongo n’a fait aucune sortie officielle ni nous accorder une rencontre toujours sollicitée pour édifier le grand public.

Les jours qui viennent s’annoncent donc mouvementés pour la Fédération gabonaise de boxe !

Par Jean-Claude NOUNAMO

Actuellement en ligne

Nous avons 19 invités et aucun membre en ligne

 

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON