Boxe Zone 3/Les dernières consignes avant le démarrage des combats

La réunion technique, dirigée par le président de zone, a eu lieu ce dimanche soir au Palais des Sports alors que le Gabon déplore les mauvaises conditions de préparation de ses boxeurs.

C’est ce lundi 13 mai après-midi que le premier championnat zonal ouvert à tout le continent africain va être lancé. Parmi les onze pays qui devraient être en compétition, on a noté la présence lors de cette réunion technique du Gabon, pays hôte, du Cameroun, de la RDC, de la Guinée, de la Somalie, du Cap Vert, de l’Algérie et du Maroc.

En prenant la parole, le président de la zone 3, le Camerounais Bertrand Moundouga, a planté tout le décor de la compétition. « Ce championnat d’Afrique zonal, sera le tout premier ouvert à l’ensemble du continent africain. Concept accepté par l’AIBA qui permet aux différents pays de préparer leurs athlètes pour les Jeux Africains qui pointent à l’horizon et ainsi permettre aux et aux autres d’avoir un maximum de combats», a-t-il dit.

Et pour garder les standards internationaux de la compétition, plusieurs mesures ont été prises. C’est le cas de l’arrivée de quatre arbitres neutres dont un Ougandais, un Tunisiens, un Zimbabwéens et un Nigérian.

Autre mesure, la compétition se jouera en mode championnat là où il y aura plus de quatre boxeurs et en tournoi quand c’est inférieur à ce nombre. Et pour rester dans ce registre, « nous aurons affaire à des combats de trois rounds de trois minutes pour les dix catégories en lice chez les hommes et un peu moins chez les dames ».

« Les pesées étant prévues ce lundi matin, il est exigé à tous la présentation d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité pour les Gabonais, d’un livret de sportif, d’un certificat médical de moins de trois mois et en plus d’une attestation de non grossesse pour les dames », a indiqué le président de la zone.

Après deux jours consacrés aux éliminatoires, le programme prévoit les quarts de finales le 15 mai, puis les demi-finales le 16 et les finales le 17 mai. Et selon les mesures prises, « seuls l’entraineur le plus gradé montera sur le ring pour coacher un athlète ». 

Mauvaise préparation des Gabonais

Si la plupart des pays présents ont pu offrir des meilleures conditions de préparation à leurs pugilistes, tel ne semble pas le cas du Gabon. Selon le Directeur technique national, Dieudonné Mefaghé, « La préparation a été mi-figue mi raison mais nous sommes des guerriers et nous allons au front. Compte tenu du manque de moyens, nous sommes allés laisser les boxeurs quelque part pour deux jours pour pouvoir se concentrer ».

 

Situation qui a encore laissé un sentiment de deux poids deux mesures entre les disciplines. « La boxe et les autres sport de combats ont toujours été les laissés-pour-compte au profit du football mais nous allons nous battre avec les moyens de bord », a indiqué le DTN, déplorant même des cas de maladie de dernière minute sans soins et qui risquent de ne pas monter sur le ring.

Il faut noter que le Gabon aligne 14 boxeurs dans toutes dix catégories mais réparties en deux équipes dont l’élite et la réserve.

Par Jean-Claude NOUNAMO

Actuellement en ligne

Nous avons 60 invités et aucun membre en ligne

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON