Média/L’OPAM condamne les agissements de la HAC et des forces de l’ordre

Membre de l’Organisation patronale des médias (OPAM), Gabonallsport ne saurait se désolidariser de la corporation et publie in extenso le communiqué de l’Opam envoyé à notre Rédaction. 

Communiqué de presse

Ce mardi 28 août 2018 en matinée, notre confrère Morel Mondjo de la rédaction du journal en ligne Gabon Media Time, a été enlevé par les éléments de la Police nationale au Rond-point de la Démocratie, alors qu'il exerçait son métier de journaliste. Le 22 août dernier, le tri-hebdomadaire Echos du Nord a été suspendu par la Haute Autorité de la Communication (HAC), pour un mois. Deux semaines avant, c'est l'hebdomadaire La Loupe qui a été interdit, toujours par l'instance de régulation, de paraître pour un mois. Il y a un peu plus d'un mois, c'est la télévision privée Média+ qui a été suspendue par la Haute Autorité de la Communication (HAC).

L'organisation patronale des Médias (OPAM), une fois encore, une fois de plus, s'insurge vigoureusement contre cette violence policière envers des journalistes dans l’exercice de leurs missions, entre autres, d’informer les populations sur les activités se déroulant dans le pays. En outre, L’OPAM s'inquiète, très fortement, des décisions hâtives de suspensions des organes de presse par la HAC qui crée de ce fait un climat de terreur et de restriction de l’une des libertés fondamentales de l’Homme, la liberté d’expression. 

Cette propension de la HAC à toujours suspendre les médias locaux démontre le manque de respect que cette instance a vis-à-vis des entreprises de presse, surtout qu’entre-temps, certainement sous la pression de Paris, la sanction d’interdiction de diffusion d’un an qui frappait la chaîne de télévision française France 2 a été largement minorée et ramenée à trois mois. 

L'OPAM condamne fermement ces pratiques d'un autre âge, et fustige cette situation qui, de facto, aligne dangereusement et éhontément le Gabon dans le groupe des pays peu fréquentables, car prédateur de la liberté d’expression.

L’OPAM appelle la HAC, une fois de plus, à la concertation, à la conscientisation, à la pédagogie, qu’au recours systématique à la sanction.

 Guy Pierre BITEGHE

Actuellement en ligne

Nous avons 19 invités et aucun membre en ligne

 

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON