Boxe-Election AIBA/La CAB soutient le Kazakh Serik Konakbayev

C’est la teneur de l’entretien que nous a accordé le président de la Confédération africaine de boxe, Clément Sossa, ce lundi soir alors que l’élection a lieu le 3 novembre prochain à Moscou en Russie.

Du 2 et 3 novembre prochain, Moscou la capitale de la Russie accueille l’Assemblée générale élective de la Fédération internationale de boxe (AIBA). A quelques jours de cette importante rencontre, la Confédération africaine de boxe (CAB), via son président, Maître Clément Sossa, a choisi officiellement de soutenir l'ancien boxeur kazakh, Serik Konakbayev, unique adversaire du très controversé homme d'affaires ouzbek, Gafur Rakhimov, pour la présidence de l’AIBA.

« Au regard des nombreux problèmes de gouvernance connus par l’AIBA sous M. Gafur Rakhimov, il est temps de changer de dirigeant à la tête de la Fédération internationale. Compte tenu de la grande expérience du candidat Sérik Konakbayev, la CAB a décidé de porter son choix sur sa candidature », a déclaré le président Sossa, porte-voix des 27 pays africains retenus à cette rencontre.

Et c’est fort de cet engagement que le président de la CAB est en train de se mobiliser pour la victoire du candidat Serik Konakbayev, Membre du Comité Exécutif depuis 2010, Vice-Président de l'AIBA et Président de la Confédération Asiatique de Boxe depuis 2014, médaillé d’argent des 22èmes Jeux Olympiques de Moscou en 1980 et meilleur boxeur de la Planète en 1981.

 Pour Clément Sossa, « En ma qualité de président de la CAB, je suis en train de mobiliser les fédérations nationales africaines qui remplissent les conditions d’éligibilité à voter pour M. Konakbayev, qui fait beaucoup peur au président intérimaire-candidat et dont le passage à la tête de l’AIBA est un triste souvenir. En ce moment c’est l’homme de la situation et son projet de société intègre l’ensemble des Fédérations nationales».

Véritable chemin de croix de Serik Konakbayev!

Il faut signaler ici que l’AIBA traverse une crise profonde depuis quelques années, crise liée aux problèmes de gouvernance de l’actuel président intérimaire, l’homme d'affaires ouzbek Gafur Rakhimov, qui aurait maladroitement verrouillé toutes les portes à tout éventuel adversaire.

Tenez! Lorsqu’au début du mois de septembre dernier, Serik Konakbayev, né le 25 octobre 1959  à Pavlodar au Kazakhstan, décide de se porter candidat à la présidence de l’AIBA, le président intérimaire y voit tout de suite un sérieux prétendant.

Connaissant la force de celui qui était désormais son adversaire, la commission électorale de l'AIBA, qu’on dit acquise à sa cause,  écartera la candidature de l’ancien boxeur international Serik Konakbayev, aux motifs qu’il aurait soumis trop tard une partie des soutiens des 20 fédérations dont il avait besoin.

Ce qui va susciter le 8 octobre dernier un tôlé général et amener le candidat écarté à saisir le TAS pour contester le rejet de sa candidature par l'AIBA, alors que Gafur Rakhimov, était déjà pressenti comme seul candidat éligible et désigné, comme le stipulent les statuts, sans vote, à la présidence de l'AIBA le 3 novembre à Moscou.

Une situation qui n’a d’ailleurs pas laissé le CIO indifférent. Sans citer nommément M. Rakhimov et ses manigances, le CIO avait déjà fait part de ses « préoccupations portant notamment sur les circonstances de l'établissement de la liste électorale ».

Selon des sources autorisées, « la gestion de M. Rakhimov est des plus ténébreuses de l’histoire de l’AIBA ». A titre d’exemple. Dans une lettre que lui a adressée la Directrice en charge de l'Ethique et de la Conformité au CIO, la Française Pâquerette Girard Zappelli, le 31 août dernier, il lui est exigé  de ne pas se présenter à l'élection.

Dans son courrier, Mme Girard Zappelli se référait à « une décision du Trésor américain de vous considérer comme faisant partie, ou lié, à deux organisations criminelles transnationales ».

Et pour ne pas faire avec un « criminel », le CIO a choisi de geler ses relations avec l'AIBA et a même refusé de lui accorder une accréditation pour les Jeux olympiques de la Jeunesse qui ont lieu à Buenos Aires en Argentine.

Mais l’homme ne cesse de se défendre. « Je n'ai jamais été impliqué dans des organisations criminelles transnationales », a-t-il déclaré dans un entretien à l'AFP.

Le destin de l’AIBA est donc entre les mains des délégués électeurs. Faut-il laisser l’homme d’affaires « criminel » ouzbek continuer à gérer, de façon mafieuse, une Institution comme l’AIBA ou alors l’objectivité de la situation actuelle de l’Institution exige un homme d’expérience, propre et dont les idées sont essentiellement fixées pour le progrès de la boxe ? Affaire à suivre !

Par Jean-Claude NOUNAMO

 

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Actuellement en ligne

Nous avons 36 invités et aucun membre en ligne

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON