Fifa-Révélations/Gianni Infantino encore dans des mauvais draps ?

En poste depuis trois ans et demi, le président de la Fifa serait de plus en plus impliqué dans des scandales et abus divers. Au point de fouler déjà aux pieds son projet d’une Fifa propre.

Le président de la Fifa ne ferait plus l’unanimité et l’on se presse déjà de penser à un échec. Lui qui, à son arrivée, parlait d’une « Nouvelle Fifa », une Fifa propre, faisant allusion à la gestion de son prédécesseur, Joseph Blatter.

Le 30 juillet dernier, à la suite d’une procédure pénale du procureur extraordinaire de la Confédération Helvétique, Stefan Keller, Gianni Infantino se voyait impliqué dans une affaire contre le procureur fédéral nommé Michael Lauber, chargé d'instruire les dossiers sensibles de l'Uefa et de la Fifa, soupçonné d'infractions aux devoirs de sa charge.

Le 13 août, nouveau camouflet pour la Fifa et son président : la Haute Cour de Trinité-et-Tobago donnait raison à la fédération nationale de l'archipel des Caraïbes dans son conflit avec la Fifa, laquelle avait imposé un « Comité de normalisation » au mois de mars, alors que le directoire de cette fédération n'avait été élu que fin novembre 2019. Remettant ainsi en cause pour la première fois le principe de l’autorité supranationale de la Fifa. « La Fifa n'est pas au-dessus de la loi », affirmait alors la juge Carol Gobin.

Révélation fracassantes de deux journalistes.

Et voilà maintenant que deux journalistes danois, Andreas Selliaas et Jan Jensen, font des révélations fracassantes depuis quelques jours, sur le président de la Fifa dans le quotidien Ekstra Bladet.

Il se dit que les informations contenues dans ces articles seraient le résultat de fuites d'emails et d'enregistrements de conversations, qui n'ont pu être communiquées que par des employés passés ou présents de l'instance. Gianni Infantino n’aurait jamais réussi à son organisation, même en opérant, dans la foulée de son élection, au renouvellement quasi-intégral du personnel des instances de surveillance et de contrôle de la Fifa.

Et pour preuve, on cite la Colombienne Maria Rojas, choisie pour diriger la Chambre d'Investigation de la Commission d'éthique, alors qu'elle ne parle ni anglais, ni français, et n'aurait aucune expérience du droit criminel.

Les deux confrères révèlent tout d'abord que la promesse tant de fois répétée de Gianni Infantino, avant et après son élection, d'en finir avec les excès de l'ancien régime, celui de Sepp Blatter, n'avait pas été suivie d'effets.

Goût prononcé pour les jets privés

Selon les documents récupérés par les enquêteurs danois, Gianni Infantino avait, semble-t-il, un goût prononcé pour les jets privés, qu'ils soient payés par la Fifa ou par d'autres.

C'est ainsi que pour son premier voyage officiel en qualité de président de la Fifa, plutôt que d'utiliser des vols réguliers comme cela devrait être le cas, on affréta pour lui un jet privé qui le conduisit au Sud-Soudan, en Ethiopie, à Djibouti et au Gabon, du 23 au 26 mai 2016, soit 160 000 euros (104 millions de FCFA) à la Fifa.

 Le 22 avril 2016, invité à inaugurer le nouveau QG de la fédération monténégrine,    Ekstra Bladet révèle qu’Infantino se rendit à Podgorica pour la journée en jet privé pour un coût  de 19 000 euros (un peu plus de 12millions de FCFA).

Toujours en avril 2016, Infantino, accompagné de l'un de ses aides-de-camp, Matias Grafström, accepta également de partager le jet privé du ministre des Sports de Vladimir Poutine, Vitaly Moutko, pour se rendre en Russie, alors que la FIFA avait déjà acheté des billets sur une ligne régulière. Un conflit d'intérêts que des employés de l'instance avaient d’ailleurs signalé à sa Commission d'éthique.

De Moscou, Infantino devait alors se rendre au Qatar, pays organisateur de la Coupe du Monde 2022. Là aussi, la Fifa avait réservé les billets; mais Infantino et Grafström préférèrent embarquer dans un jet appartenant à Gazprom, l'un des principaux sponsors de la FIFA. Ce qui constituait une violation du code d'éthique de cette dernière, qui fut rapportée à la Commission dans un mémorandum de onze pages, transmis le 23 mai 2016.

Qui paya pour ces voyages ? Nul ne le sait. Et lorsqu’Ekstra Bladet demanda au président de la FIFA s'il avait lui-même encouru des frais lors de ce voyage, la seule réponse que les journalistes obtinrent fut le silence.

En avril 2017, son vol ayant été retardé, c'est pour revenir du Surinam à Genève qu'il fit commanditer un avion privé par l'instance, sous prétexte qu'il avait un rendez-vous qu'il devait honorer avec le président de l'UEFA, Alexandre Ceferin (coût du voyage: environ 130 000€= 84millions de FCFA). Problème : Ceferin se trouvait alors en Arménie, et le rendez-vous n'eut jamais lieu.

Infantino et la Fifa auraient choisi le silence et le déni

 « Simples coups de canif dans la charte de bonne conduite du président de la Fifa ? Pas quand ce président s'est fait élire et réélire sous la bannière d'une « nouvelle » FIFA, débarrassée des errances et des crimes du régime précédent, a prôné la transparence et le respect du code d'éthique. Pas quand, tout d'un coup, l'omerta n'est plus respectée et que l'ancien secrétaire général de l'UEFA se retrouve au centre de tant de controverses, de polémiques et d'accusations », font donc constater Andreas Selliaas et Jan Jensen.

Et selon toute vraisemblance, jusqu'à présent, « la défense de la Fifa et de son président s'est limitée à l'utilisation de deux armes : le silence, et le déni. Mais de justifications, d'explications, de preuves a contrario, toujours pas le moindre signe ».

Au regard de toutes ces révélations de nos confrères, tout semble conduire vers une conclusion, même si elle paraît encore hâtive. Gianni Infantino se serait détourné de ses bonnes intentions de départ et ne ferait plus l’unanimité au siège de la Fédération Internationale.

Par Jean-Claude NOUNAMO       Source : Eurosport

Actuellement en ligne

Nous avons 77 invités et aucun membre en ligne

 

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON