Volleyball/Un pot d’amitié pour clôturer la saison à Ndella.

Après une année pleine de péripéties, l’on peut s’asseoir pour faire le bilan et aller en vacances avec de nouveaux objectifs. C’est ce qu’a fait le coach de la formation de Ndella (hommes et dames) dimanche soir.

Brice Darius Mbélé s’est retrouvé avec ses deux formations, également pour dire au revoir aux deux internationales, Sénégalaise, Aïta Gaye, et Camerounaise, Flore Nadège Embigne Oyongo, qui vont en vacances dans leurs pays respectifs.

« Je vous ai réuni ce soir pour une petite cérémonie de clôture de saison. Elle me donne l’occasion de vous remercier tous malgré quelques incompréhensions que nous avons eu au cours de celle-ci et qui ont ébranlé, un tant soit peu, l’harmonie de notre famille sportive », leur a-t-il dit, partiellement satisfait de l’année qui s’achève.

Si chez les filles l’objectif de conserver le titre national a été atteint, ajouté à plusieurs autres distinctions, tel n’a pas été le cas chez les garçons où Brice Mbélé visait une demi-finale au championnat national. « Qu’à cela ne tienne, je vous remercie tous parce qu’on est arrivé à la fin », leur a adressé le coach, qui reste dans un élan de renforcement des acquis du club avec des probables recrutements , avec certes la bénédiction de la Seeg, sponsor du club.

S’adressant ensuite aux deux internationales, Brice Mbélé a dit toute la satisfaction apportée par celles-ci à son équipe, tant c’est une expérience nouvelle au Gabon de recruter à l’étranger. « Merci pour votre contribution et bravo pour les titres ».

La famille a été formée même si les uns et les autres ne se verront plus. C’est beaucoup plus l’évidence avec la Sénégalaise qui compte repartir vendre son talent en Europe, notamment à Evry en France.

C’est d’ailleurs au forceps qu’elle a pu nous dire la tristesse qui l’anime de se séparer de cette famille qu’elle vient de créer au Gabon. « Nous avons passé des moments de joie et de peine mais cela a soudé nos relations et c’est cela qui va beaucoup me manquer », a-t-elle lancé, regrettant de n’avoir pas réalisé le rêve pour lequel elle avait été recrutée, celle d’offrir à Ndella un place honorable à la coupe d’Afrique des clubs champions.

« C’est vrai que toute chose a une fin. Libreville, mes coéquipières, mes amis vont me manquer. Je ne pensais pas que ça allait être comme ça. Merci en tout cas, je ne les oublierai jamais. Libreville occupe désormais une grande place dans mon cœur », nous a-t-elle confié presque les larmes aux yeux.

Dotées d’une expérience avérée, ces deux joueuses ont apporté beaucoup à leurs sœurs gabonaises. C’est le cas de la jeune Pauline Elbeth Mouandjo qui fait ses premiers pas dans cette discipline sportive et qui a avoué son admiration pour les deux internationales et reconnu qu’elle aura beaucoup appris d’elles.

Par Jean-Claude NOUNAMO

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir