Kick-boxing/Blaise Loumbé tente de ramener la paix au sein de la Fédération

Depuis quelques temps, la Fédération gabonaise de kick-boxing est en proie à des querelles intestines. La situation ne pouvant perdurer, le ministre Balise Louembé a décidé de réunir les responsables de cette Fédération pour voir clair et si possible, allumer le calumet de la paix et ramener la sérénité.

 

Une séance d'éclaircissement des querelles et polémiques qui règnent depuis des mois au sein de la Fédération gabonaise de Kick-boxing (Fégakick) s'est tenue jeudi dernier, au ministère des Sports en présence du patron des lieux, Blaise Louembé. Le membre du gouvernement a invité le président de la Fégakick, Eric Richard Ella Békalé, qui était accompagné des membres de son bureau fédéral.

 En ouvrant la rencontre, Blaise Louembé leur a rappelé le but de celle-ci, à savoir, mettre au clair des plaintes reçues de la part de certains pratiquants de cet art martial contre leur président fédéral. « Ces derniers (les pratiquants : ndlr) vous accusent de ne pas avoir respecté les procédures dans le changement du nom de la Fédération, et disent que les textes n'ont pas migré pour répondre aux nouvelles donnes actuelles. Aujourd'hui, ce groupe de plaignants dit être exclu de la corporation car les responsables de vos ligues sont nommés et non élus. Enfin, ils pointent du doigt votre gestion financière, notamment pour les compétitions internationales et affirment qu'il y a détournement de fonds, avec preuves à l'appui », a indiqué Blaise Louembé à Eric Richard Ella Békalé, non sans réitérer le principe qui interdit la tutelle de s’immiscer dans les affaires interieures des Fédérations sportives.

Prenant la parole, l’incriminé s’est présenté comme un rassembleur avant de présenter la Fégakick comme « une poule aux œufs d’or » qu’il ne faut pas tuer, soutenant dans son propos que «nous sommes la seule fédération qui apporte les médailles au pays, quand elle est en compétition ».

Tout en balançant d’un revers de la main plusieurs autres griefs dont il serait responsable, le cas des affiliations de certains responsables des clubs, Eric Ella n’a pas manqué de marquer aussi son indignation contre certains responsables du ministère des Sports qui « mettent l'huile au feu dans certaines fédérations ».

Au regard de la clarté des propos du président Eric Ella, Blaise Louembé, tout étonné, lui a même demandé d’être rigoureux comme il le serait car « Je comprends que ces gens qui vous contestent ne vont jamais s'affilier car c'est eux le problème ».

Et le ministre des Sports de conclure : « Comme votre Fédération apporte des bons résultats pour le pays, je vous informe que les subventions se feront désormais en fonction des résultats intérieurs».

Une bien mauvaise nouvelle pour ces autres Fédérations transformées en sources de financements par leurs présidents, si jamais cette mesure était réellement appliquée !

 

Par Richy Mvé Ondo