Karaté-Ogssu 2016/ Brice Mayor Obiang et Marie-Claire Aboui Mezui au sommet

                                             

La Fédération gabonaise de karaté a organisé, en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports, le samedi 4 juin dernier, les finales de l’Ogssu 2016. Les festivités de cette grande rencontre sportive se sont déroulées à leur dojo national sis à l’Institut Nationale des Sciences et des Gestions.

 La cérémonie a non seulement vu la présence des responsables des clubs, du secrétaire général de la Ligue de l’Estuaire, du président de la Commission Karaté de l’Ogssu, Me Ovono Minko 5e dan, mais également de la représentante du ministère de tutelle, Madame Mengue.

 Après une journée de combats, les finales ont opposé Marie-Claire Aboui Mezui du C.E.S. Léon Mba et sociétaire du club Okinawa, à Suzanne Nzé du CES Ange Mba chez les dames alors que Brice Mayor Obiang de l’Institut Nationale de Sciences de Gestions également du club Okinawa lui, était opposé à Waren Koumbi Moutéty de l’Institut National de la Jeunesse et de Sport chez les hommes.

Outre ces combats, nous avons également assisté à des finales de katas et de kumité chez les dames que chez les hommes. 

Pour ce qui est de la finale chez les dames, la jeune Marie-Claire Aboui Mezui a pris le dessus sur son adversaire Suzanne Nzé du collège Ange Mba. Une victoire méritée car fruit d’un long travail de préparation. « Cette victoire est le fruit d’un gros effort et de sacrifices énormes. J’ai tout simplement mis en pratique les conseils de mon coach, Me Ovono Minko et, à qui je dédie ce trophée »

Quant à la finale Hommes, Brice Mayor Obiang a eu raison sur son adversaire de l’INJS, Waren Koumbi. Le vainqueur a manifesté sa satisfaction quant à l’organisation de cette compétition, car, elle ne lui a pas seulement permis de s’exprimer mais aussi de préparer le championnat d’Afrique de karaté qui profile  à l’horizon.

Au sortir de l’ensemble des combats prévus, le président de la Commission Karaté, Me Ovono Minko, s’est dit satisfait de l’organisation de la cérémonie, de la qualité technique des athlètes, non sans relever quelques soucis d’organisation, liés notamment au déblocage tardif des fonds par le ministère des Sports.

Maître Minko a par ailleurs dénoncé la manière dont ces jeux ont été organisés. Une organisation approximative, à le lire entre les lignes.

Josué Ebozo’o