karaté/Gilles Ongondja Koumoué élu président de la Fédération.

Au cours d'un conclave aux allures d'un règlement de comptes ce samedi 11 février, il a remporté le vote par 6 voix contre 3 pour le président sortant Paterne Dicka, et 2 pour Jean René Akoghet.

 

Une nouvelle page du karaté gabonais vient certainement de s’écrire avec l’élection presqu’inattendue de Gilles Ongondja Koumoué à la tête de la fédération gabonaise de karaté.

Le « Sheriff », comme l’appellent certains intimes karatékas et collègues gendarmes, a réussi à battre le président sortant, Maître Paterne Dicka, qui vient de passer près d’une décennie à la tête de cette fédération.

Au terme de l’élection, Gilles Ongondja, ancien champion du Gabon et international de Fonakoshi, a gagné le vote avec 6 voix contre 3 pour Paterne Dicka, et 2 pour le candidat Jean René Akoghet.

Si l’élection de cet adjudant-chef de gendarmerie, commandant de la brigade aéroportuaire de Libreville a été saluée par un grand nombre de pratiquants de cet art martial, au prétexte que le karaté gabonais vient de connaître une « longue période de léthargie », le président sortant a félicité son « petit-frère » avant de lancer un appel qui peut sonner le glas.

« En félicitant mon petit frère Gilles, je lui demande de faire attention à tous ceux qui vont l’entourer. Tu auras désormais beaucoup d’amis mais tous ne seront pas forcément des bons amis car je viens d’en payer le prix », a déclaré Paterne Dicka qui a par ailleurs appelé certains anciens à laisser les jeunes diriger désormais le karaté.

« Je m’adresse particulièrement aux Maîtres Joumas et Wapacha, auteurs des troubles que connaît le karaté depuis quelques années, de comprendre que par cette élection, notre époque est révolue et qu’il faut définitivement passer la main », a-t-il lancé, promettant par ailleurs de mettre son expertise nationale et internationale à contribution pour la réussite du nouveau président qui a dit ouvert à tous pour la « relance » du karaté gabonais.

Nous osons espérer que cet appel à l’indépendance de la nouvelle équipe fédérale sera respecté, tant, le premier champagne de la victoire a été offert au siège de l’Agakado par Maître Wapacha Mafoumbi.

Par Jean-Claude NOUNAMO