Karaté-Estuaire/Le candidat Raymond Obama Sima dépose un recours.

Lors de l’élection du président de la ligue de l’Estuaire du 26 novembre dernier, il dénonce des manquements flagrants qui devaient mettre son adversaire hors course avant même le scrutin.

Comme premier manquement évoqué par le candidat malheureux, Raymond Obame  Sima parle de la violation de l’article 24 des statuts. « Le 20 novembre 2016 était le dernier délai des dépôts de candidatures. Or en déposant sa candidature le 23 novembre, donc hors délai, Térence Mapangou l’a rendu NGOU irrecevable », a-t-il révélé.

A ce couac, s’ajoute la violation de l’article 27 des statuts. Cet article stipule que « ne peuvent  être candidats que les personnes de nationalité gabonaise appartenant au style le plus répandu sur le territoire national ». Or à ce qui semble, la famille de karaté dont appartient Mapangou, le DO SHIN KAN serait une famille dissidente et donc contestée dans la grande famille du karaté mondial.

« Comment donc, moi pratiquant du karaté SHOTOKAN, style le plus répandu sur le territoire national, j’accepterai qu’on valide un tel vote », s’est insurgé Raymond Obame Sima qui a également évoqué la question des clubs et associations pouvant voter.

Selon les textes, ne peut être électeur que tout club ou association à jour des cotisations. Et là aussi, jusqu’au jour de l’élection, aucun club n’avait versé ses cotisation et donc n’était à jour. 

Par ailleurs, relève-t-il, « la mise à l’écart exclusive des clubs du Qwan Ki Do et du Viet Vo Dao a été une mesure indiscutablement discriminatoire en ce qu’elle a influencé les résultats du scrutin d’une manière déterminante »

Au regard donc de ces « flagrantes aberrations », le candidat malheureux renvoyer la FEGAKAMA et la direction provinciale des Sports à l’organisation d’une autre élection conforment aux statuts et aux règlements en vigueur  dans un délai qu’ils pourront déterminer.

Par Willy Eyi Beyeme