Karaté/Des nouveaux gradés dans la maison

Ils étaient 48 candidats à se présenter à l’examen du passage samedi dernier au dojo. Seuls vingt ont pu décrocher leurs ceintures et dan pour un taux de réussite de 46%.

Le dojo national de la Fédération gabonaise de karaté et arts martiaux affiliés (Fégakama) a servi de cadre le samedi 13 août dernier à l’examen de passage des grades, activité qui clôture la fin de la saison sportive de la Fédération. Et ce, en présence du président fédéral, Paterne Dicka.

48 candidats aux grades de 1er à 5ème dan ont été enregistrés par la Commission des grades et dan, soit 27 pour le 1er dan, 6 pour le 2ème dan, 4 pour le 3ème dan, 4 pour le 4ème dan et 3 pour le 5ème dan.

Et ils ont été évalués sur le plan technique, attitude (tactique) et moral, des critères mondialement reconnus.

Dans son mot de circonstance, le président fédéral a appelé les examinateurs à la rigueur et non au règlement de compte car cela en va de la crédibilité du karaté gabonais. Quant aux candidats, il leur a simplement demandé de faire preuve de ce qu’ils savaient, tant les uns et les autres sont des karatékas de plusieurs années.

Et cette rigueur a été appliquée à la lettre, malgré l’engouement des candidats, en témoigne le taux de réussite, en dessous de la moyenne.

Sur les 48 candidats au grade de ceinture marron, seuls 27 ont réussi à entrer dans la grande famille des ceintures noires 1er dan. 2 sur 6 ont obtenu le 2ème dan, 2 sur 4 au 3ème dan, même pourcentage au 4ème dan alors que 2 sur les ont passé leur 5ème dan. Soit un taux de réussite de 46%.

A la question de savoir ce qui serait la raison de cet échec, le directeur technique n’a pas mâché ses mots : « Cela est dû au faible niveau technique des candidats et surtout à un manque de préparation spécifique. Aussi, n’oublions pas le caractère rigoureux de la Commission de passage de grade et dan ».

Par Jean-Claude NOUNAMO