Judo/Ghislain Essabé choisit une méthode révolutionnaire de travail.

 

 

L’intérimaire de la fédération gabonaise de judo a choisi de communiquer en temps réel sur toutes ses activités, question certainement de vouloir rompre avec une époque.

 

Nommé par le ministère des Sports le 17 mars dernier afin d’assurer la gestion des affaires courantes de la f gabonaise de judo (Fégajudo), Ghislain Essabé, (président intérimaire ou secrétaire générale intérimaire ?), a décidé d’imprimer du sien pendant le temps que lui confère le mandat de la tutelle. Une façon, peut-on dire, de rompre avec certaines méthodes anciennes, notamment en ce qui concerne le rendu des activités fédérales.

 

Dans son premier rapport mensuel, il indique qu’après avoir reçu le feu vert de l’équipe fédérale suspendue, il a immédiatement entrepris des démarches dans le but que lui soient précisées les compétences relatives sa nouvelle charge, de recueillir des conseils et surtout de faire poursuivre les activités retenues dans  le calendrier de  la saison sportive 2016-2017.

 

On retiendra qu’en termes de démarches, il a saisi, les 30 et 31 mars dernier le Directeur général et la Ministre des Sports pour « solliciter de leur part des précisions sur mes compétences et le décaissement des fonds pour les activités prévues aux mois d’avril et mai, notamment la participation de notre Equipe  nationale seniors aux Championnats d’Afrique à Madagascar ».

 

De sa rencontre avec le DG des sports et le Secrétaire général adjoint 2, le 07 avril dernier, il ressort qu’à ce jour, « le montant de la subvention allouée à la fédération pour la saison en cours  ne m’a pas été communiqué ; les démarches relatives aux décaissements des fonds pour les championnats d’Afrique seniors ne pouvaient prospérer faute de  délais ; au regard des difficultés budgétaires actuelles le Ministère ne peut  répondre favorablement à tous les besoins exprimés ».

 

Conséquence immédiate, l’équipe nationale senior n’a pas participé aux championnats d’Afrique à Madagascar cette année. Une grande première depuis quinze ans.

 

Des consultations engagées

 

« J’ai entrepris une série de consultations auprès des hauts gradés, des anciens et des hauts cadres du judo. Le but de cette démarche est de recueillir des conseils, des avis et orientations devant permettre un aboutissement heureux de cette crise », peut-on lire, convaincu qu’en toutes choses,  « le gagnant doit être  le judo gabonais et non nos titres, nos grades, nos fonctions, car tout ceci relève du passé, de l’histoire. Nous devons désormais nous tourner vers l’avenir. Cet avenir ce sont nos jeunes athlètes ».

 

Réagissant sur le calendrier de la saison sportive, l’intérimaire de la Fégajudo indique que « son réaménagement suppose que nous ayons au préalable obtenu des financements ou tout au moins une promesse ferme, au risque de faire une programmation que nous ne pourrons respecter ».

 

Et l’un des premiers chantiers déjà annoncé par Ghislain Essabé, c’est de mettre en place une commission de normalisation dans les jours à venir, avec une restructuration de la Direction technique nationale afin de l’adapter à la nouvelle situation.

 

Par Jean-Claude NOUNAMO