Judo/Le Gabon se dote de douze nouveaux arbitres continentaux.

Ils ont récemment reçu leurs cartes des mains du président de la fédération gabonaise de judo, Maître André Angwé Aboughé.

Le Gabon pourra désormais être de mieux en mieux présent sur l’échiquier continental et même mondial en termes d’arbitrage. En effet, depuis la semaine dernière, notre pays vient de se doter d’une douzaine d’arbitres continentaux.

Ils ont récemment reçu leurs cartes des mains du président de la fédération gabonaise de judo, Maître André Angwé Aboughé.

Selon le classement de l’Union africaine de judo (UAJ), la moitié de ces compatriotes ont décroché leurs titres du premier grade, arbitre UAJ de  catégorie C. Désormais 1er degré d’arbitres continentaux ou débutants des compétitions internationales, leur rôle est encore limité au contrôle des kimonos, à la manipulation du chrono ou à la chambre d’appel.

Le second groupe, au nombre de 5 environ, désormais arbitres UAJ B sont véritablement arbitres car selon le secrétaire général de la fédération gabonaise de judo, Ghislain Essabé, « ceux-là montent sur les tapis, restent autour du tapis et peuvent jouer le rôle de commissaire. Mais ce qu’il faut retenir ici, c’est qu’ils arbitrent essentiellement les tournois de zone ».

Le dernier groupe d’arbitres dont notre pays vient de se doter c’est celui de la catégorie A de l’UAJ. Il s’agit du grade le plus élevé et qui correspond d’ailleurs au grade B de la fédération internationale de judo (FIJ). « Avec ce titre, ils arbitrent aux différents championnats d’Afrique et autres compétitions telles que les Open », nous éclairera le SG.

Réagissant  par rapport à cette foulée de nouveaux arbitres continentaux, le président de la fédération s’est réjoui du nombre de plus en plus élevé d’arbitres gabonais sur le plan international.

 Un domaine, faut-il le reconnaître, qui était la chasse gardée des Magrébins.

Par Jean-Claude NOUNAMO