Boxe/Taylor Mabika désormais champion du monde des lourds-légers WBF

Notre compatriote a détrône la machine de boxe algérienne,  Zin Eddine Benmakhlouf, de son titre aux points après douze rounds de combats.

Après près de deux ans d’invincibilité, l’Algérien Zin Eddine Benmakhlouf, venu mettre en jeu sa ceinture de champion du monde WBF lourds-légers au Gabon, n’est plus rentré avec. Elle est restée avec notre compatriote, Taylor Mabika, dans un combat titanesque et plein de suspens, ce samedi 17 décembre 2016 à Libreville.

Pourtant rien de présageait cette issue dans la tête de l’Algérien, trop sûr de lui, qui avait, à sa descente d’avion à Libreville, promis de rentrer avec sa ceinture.

C’était sans connaître la détermination du Gabonais, qui a dû se réfugier à l’intérieur du pays, à Mayumba, 800km au sud, pour préparer ce combat. Le rude face-à-face est allé jusqu’au 12ème round pour départager les deux pugilistes.

Dès le premier round, ni l’un ni l’autre ne pensait à l’observation tant, les deux boxeurs se connaissaient assez bien. Taylor termine le premier round avec un léger avantage, l’Algérien va remonter aux 2ème et 3ème rounds, faisant même douter le public.

Cet échange dur de coups va se poursuivre jusqu’au 8ème round lorsque le public, sentant sa Panthère en difficulté, va entonner l’hymne national. Les dieux de la boxe au Gabon ont compris le danger et ont dû se ranger derrière Taylor Mabika qui a commencé à enchainer des coups à son adversaire.

Au 10ème round, Zin Eddine Benmakhlouf présentait plus de signes d’épuisement que son adversaire. Taylor venait de réussir son coup, celui de résister à l’Algérien qui lui, est un habitué des victoires de courte durée des combats.

C’est donc par décision de l’arbitre français et de ses juges que le Gabonais a été déclaré vainqueur aux points à l’issu du 12ème round.

« C’était très difficile, a reconnu Taylor Mabika. A un moment donné, j’ai senti le basculement et le doute. Mais en regardant le public acquis à ma cause, en pensant à toutes ces personnes à qui j’ai promis la victoire, j’ai dû me surpasser car je vous assure Zin Eddine est un grand boxeur ».

Et du coup, le Gabonais a dédié cette victoire au peuple gabonais tout entier, à ses détracteurs et surtout aux autorités dont la ministre des Sports, Docteur Nicole Assélé, qui s’est beaucoup investie pour son retour sur les rings.

Sentiment de satisfaction desdites autorités en tête desquelles le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, qui a immédiatement réagi sur sa page Facebook. « Hier soir (samedi soir : ndlr), notre champion national Taylor Mabika, sacré champion du monde IBU en 2016, nous a une fois encore offert un formidable spectacle en remportant la victoire face à Zine Eddine Benmakhlouf. Le Gabon est fier de compter parmi ses sportifs des modèles de force et de détermination pour inspirer nos jeunes et porter haut les valeurs du Gabon qui gagne ! », peut-on lire.

Il faut signaler qu’avant l’entrée en scène de Mabika et Benmakhlouf, le public a eu droit à trois combats professionnels de jeunes gabonais tous vivant en France et qui ont fait leur premier combat professionnel.  Dans les -57kg, Franck Mombey a battu par KO au 2ème  round son adversaire venu de Guinée Equatoriale. Morgan Ndong Zuè, -64kg qui venait faire corps avec le public gabonais, s’est débarrassé du Franco-Algérien, Mohamed Larabi.

La grande déception est venue de Petit Jésus Gnintedem, méconnaissable sur toute la ligne sur le ring qui s’est fait battre par le Français Michael Peynaud.

Par Jean-Claude NOUNAMO