Basketball/« Fibre patriotique oblige, je serais là pour défendre au mieux, les couleurs de mon pays »

Cette déclaration est de Stéphane Lasme, international gabonais évoluant aux Etats-Unis, dans une interview accordée à nos confrères de Presse Sportive de l’Ogoué Maritime.

Tu es parti de Turquie, dans quel club joues-tu aujourd’hui?

Stéphane Lasme: « J’ai signé avec les Texas Legends, une équipe dans la NBA D League aux Etats-Unis.

Pourquoi ce retour aux USA?

Je suis de retour aux USA pour poursuivre un rêve d’enfant. Jouer en NBA. Dans ma carrière professionnelle j’ai longtemps privilégié le choix des agents et les contrats lucratifs au détriment de ma passion. Je veux maintenant rectifier le tir et me concentrer sur mon bonheur personnel.

Parle-nous de ton début de saison.

Ça se passe plutôt bien, il y a eu 2 ou 3 matchs pour me réajuster au style américain. Mais maintenant tout va bien. Depuis que je suis dans le 5 majeur mon équipe a gagner 9 matchs et perdu 1 seul.

Dans quelques semaines, les Panthères participent aux éliminatoires de l'Afro Basket. Déjà sur les réseaux sociaux certains anciens basketteurs pensent qu’il serait judicieux que le Gabon n'y participe pas. Quel est ton avis sur le sujet?

Un pays sans championnat national avec seulement quelques joueurs qualifiés et des dirigeants fédéraux à la limite de l’incompétence veut participer à une compétition internationale? Je suis mort de rire. L’histoire se répète encore et toujours.

Je me demande quels sont ou quels seront les résultats auxquels on peut s’attendre? Juste participer pour avoir les mêmes résultats? Au moment où les autres nations progressent, c’est une honte pour le pays. A cela s’ajoutent les rumeurs de détournement de fond, bref, on connait la chanson.

Malgré tout cela, fibre patriotique oblige, si je peux, comme d’habitude, je serais là pour défendre au mieux, les couleurs de mon pays. C'est toujours une fierté pour moi d’être une Panthère.

D’après toi, que faut-il faire pour que le basketball gabonais retrouve ses lettres de noblesse?

J’aimerais bien offrir des solutions... Mais avant, si nos mentalités ne changent pas et si l’on ne reconsidère pas notre point de vue sur le sport dans notre pays, rien de bougera

Ton mot de la fin?

Si nous voulons que le monde change, commençons par changer nous-même »

 

La Rédaction