Interview/Brice Mbélé:"Il faut profondément repenser le volleyball au Gabon"

Gabonallsport.info : Qui est Brice Daruis Mbélé ?

Brice Mbélé : « Brice Mbélé est un Gabonais d’origine du Haut-Ogooué et notamment de Moanda. Marié et père de famille. Dans ma carrière de sportif et de dirigeant sportif, j’ai été champion du Gabon en 1990, 1991, 1994,1995, 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2015 et 2016

Vainqueur de la coupe du Gabon cadets & seniors   1998, 1999, 2001, champion national de Beach Volleyball  en 2006 et 2008, 5ème  meilleur passeur à la coupe d’Afrique des clubs  2002, 3ème place à la coupe d’Afrique des clubs de la zone 4.

En résumé, j’ai été entraineur national  de 2007 à 2016, entraineur de clubs dont Masuku VB, Ndella, VVA et NDZIMBA, joueur de volleyball et de beach volleyball de 1986 à 2011, International volleyball   de 1991 à 2007 et international Beach Volleyball de 2008 à 2010.

Par ailleurs, j’ai été secrétaire général de la CAVB ZONE 4   de 2012 à 2015, secrétaire général de la Fédération gabonaise de volleyball  de 2006  à 2016 et président de  Ligues  de 1994 à 2004.

 Je titulaire d’un diplômes d’entraineur niveau 1, 2 & 3 FIVB, d’un certificat de participation aux stages d’arbitres nationaux  et sur le plan professionnel,  je suis ingénieur Core Network  -Huawei University – Shenzhen, technicien  des  Télécoms option Commutation et aujourd’hui cadre Technique Core Network.

Votre CV est fourni en matière de volleyball.

C’est vous qui le constatez mais c’est cette expérience que je veux apporter à notre discipline sportive.

Et comment comptez-vous le faire ?

Je me suis porté candidat parce que j’ai une connaissance avérée du volleyball et je connais les problèmes auxquels notre discipline est confrontée. Voilà pourquoi j’ai axé mon projet sur 7 points : moderniser la gestion, développer le volleyball chez les jeunes, promouvoir le Beach volleyball, mettre en place un championnat national attractif afin de le muer progressivement en semi-pro, établir un programme de soutien aux ligues, organiser une Communication simple et efficace et concevoir un plan quadriennal réaliste.

Vous pouvez être plus explicite sur chacun des aspects ?

Avec plaisir. Parlant de la modernisation de la gestion, nous comptons adapter les textes en vigueur aux besoins actuels en mettant en place un conseil d’administration, en renforcer les pouvoirs des clubs et mettant un accent particulier sur la formation et le renforcement des capacités des gestionnaires: dirigeants, entraîneurs, arbitres.

Le second volet prévoit le développement du volleyball chez les jeunes. Convaincu que c’est dans la masse que se trie l’élite de demain, nous comptons faire dans la vulgarisation des centres de développement en milieu scolaire, la mise en place des championnats nationaux par catégorie d’âge (filles et garçons), la promotion de la création des écoles de volleyball, l’organisation des camps de volleyball.

Quant au Beach volleyball ou volleyball de plage, nous comptons immédiatement créer une commission sur la question afin par la suite de mettre en place un programme de vulgarisation chez les jeunes à partir de 12 ans dans les collèges et lycées.

L’un des points qui nous tient à cœur, moi et mon équipe, c’est de mettre en place un championnat national compétitif et le muer progressivement en semi-pro. Nous comptons donc proposer une nouvelle formule du championnat élite échéance 2018 et arriver à semi-professionnaliser le championnat national élite d’ici 2020.

Désormais un programme de soutien matériel annuel et assistance technique aux ligues et de renforcement des capacités des ligues sera mis en place avec une recherche raisonnable des fonds. Ceci nous amènera à améliorer et renforcer la relation avec la tutelle  pour un financement  régulier, renégocier le partenariat de l’African Dream avec la FIVB, négocier avec la Solidarité Olympique la mise en place d’un projet structurant pour le Beach volley, recherche des nouveaux partenaires nationaux pour le sponsoring de certaines activités spécifiques et solliciter des partenariats avec d’autres fédérations nationales

La communication désormais au cœur de toute activité aujourd’hui, nous avons déjà prévu à court terme la création d’une base de données, l’élaboration d’un plan de communication digne de ce nom et la diffusion des rencontres nationales via les medias et réseaux sociaux.

Au terme de notre mandat, nous devons pouvoir répondre aux questions suivantes: combien de jeunes et clubs jeunes? Combien d’arbitres, d’entraîneurs en activité? Quel championnat  national d’ici la fin de l’olympiade et finalement, quelles équipes nationales pour le Gabon (Volleyball et Beach volleyball)?

En face de vous, vous avez votre ancien patron président fédéral. Quels sont vos chances de remporter cette élection ?

Je vous dirai d’abord que mes chances sont élevées car je serai élu sur la base de mon projet. Ensuite je suis volleyeur depuis près de 40 ans et ayant gravi tous les échelons, je crois être le mieux situé en ce moment pour diriger valablement le volleyball gabonais.

A ceux qui pensent que je suis comptable du bureau sortant, je ne dirais pas non mais qu’ils sachent que le secrétaire général est un dirigeant simplement administratif. Et raison pour laquelle je ne suis pas capable de faire un bilan financier parce que c’est le président et d’autres personnes qui gèrent ce domaine.

Un mot pour vos électeurs ?

Convaincu qu’il faut profondément repenser  le volleyball, j’appelle les uns et les autres à ne pas voter un nom mais un programme. C’est le moment où jamais nous allons soit ressusciter soit enterrer définitivement notre discipline sportive. Je les appelle à me faire confiance et ils ne seront pas déçus.

Réalisé par Jean-Claude NOUNAMO