International-Caf/Le président de la Fifa dément n’avoir pas influencé la chute d'Hayatou

Alors que le nouveau président de la Caf a pris ses fonctions ce mardi en Egypte, l’on continue de spéculer sur le rôle joué par le président de la Fifa lors de l’élection de la Caf qui a vu la chute du Camerounais Issa Hayatou, à ce poste depuis 29 ans.

Présent à l’élection de la Caf à Addis Abeba en Ethiopie, l’italo-suisse président de la Fifa, Gianni Infantino, aurait marqué officieusement son soutien au candidat malgache quand Issa Hayatou lui, avait soutenu le Cheikh Salman du Bahreïn lors de l’élection de la Fifa. Et du coup, on parle d’une vengeance ou d’un règlement de compte.

Ce que le président de la Fifa dément. « C’est l’Assemblée générale de la CAF qui décide. C’est un processus démocratique. Ils ont le droit de décider eux-mêmes de ce qu’ils veulent. Le travail du président de la Fifa est de collaborer avec tout membre du Conseil de la Fifa », a-t-il déclaré.

Pour lui, « essayer de dire qu’il s’est passé autre chose, c’est faire insulte à l’intelligence des présidents de fédérations qui sont assez grands pour prendre leurs décisions sans qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire ».

Réagissant par la suite à la question de savoir si la défaite d’Issa Hayatou n’est pas une revanche de sa part, sachant que la Caf avait soutenu le Cheick Salman du Bahreïn lors de l’élection de la Fifa. « Mais bien sûr que non ! Ça n’a rien à voir… Lorsque j’ai été élu, ça s’est fait démocratiquement. Les gens soutiennent qui ils ont envie de soutenir. Lorsque tu es élu à la Fifa, tu es le président de 211 associations dont 55 fédérations africaines. Depuis le premier jour, j’ai travaillé main dans la main avec la CAF et les fédérations africaines », a répondu le président de la Fifa.

Benjamin YANGA      Source : RFI

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir