Boxe/Morgan Ndong Nzué : « Je suis une Panthère, je ne recule devant rien »

A quelques heures de son combat (22 heures à Bale en Suisse) contre Andranik Hakobyan, champion national de son pays, le Franco-gabonais, Morgan Ndong Nzué, a bien voulu répondre à nos questions. Il nous parle du déroulement de son combat, sa préparation et ses ambitions de terrasser le Suisse devant son public.

Gabonallsport : Ce soir tu seras sur le ring à Bale en Suisse pour défier Andranik Hakobyan,  champion de ce pays de l’Europe centrale. Comment tu te sens à quelques heures de ce duel ?

Morgan Ndong Nzué : « Encore merci pour l’intérêt que les journalistes gabonais accordent en mon humble personne. Pour le combat de demain, je me sens bien. Confiant en ma préparation.  Je suis pleinement rassasié,  je peux exploiter au mieux mes capacités.

Lors de la traditionnelle pesée, tu as eu l’occasion de regarder Andranik Hakobyan  dans les yeux. Que retiens-tu de ce premier face-face avant celui de demain? 

 J’étais très décontracté lors de ce premier face- à face avec Andranik Hakobyan. Je n’ai pas cillé d’un sourcil,  car pour moi, le combat commence dès ce moment. Mais je m’attends à des frivolités. Je n’ai accordé aucune importance à ses attaques et provocations.

Que pensais-tu quand tu as vu ton adversaire lors de la pesée ?

Je voulais seulement lui infliger une bonne rouste. Il jouait les durs à la pesée. Demain on verra qui est le meilleur entre nous deux. Je n’aime pas trop parler, on juge le maçon au pied du mur. Mais je tiens à lui dire que je suis un guerrier et une Panthère  qui ne régule devant rien.

N’est-ce pas un risque pour  toi,  d’aller affronter Andranik Hakobyan devant son public ? 

C’est un risque, mais la vie est faite de challenges. Les organisations  se font rares, il faut aussi savoir sortir de sa zone de confort pour savoir ce qu’on vaut. Mon adversaire est champion de son pays, invaincu, avec un profil de frappeur puisqu’il remporte la moitié de ses combats par KO, c’est donc un réel challenge que d’aller le défier chez lui devant son public.

Un challenge que j’accepte avec plaisir et excitation, car ma mentalité guerrière  me pousse à me mesurer à un adversaire solide.

 

Et si tu nous parlais un peu de ta préparation, elle a débuté et a pris fin quand ?

Le début de ma préparation  remonte à janvier dernier où je me suis formé à l'INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance). J’ai eu l’occasion de travailler avec l’équipe de France sur du travail technique, de précision et de puissance, avec opposition à des boxeurs de l’équipe de France.

 

Tu reconnais qu’Andranik Hakobyan est un frappeur et un boxeur dur, comment tu vas aborder ce combat ?

Pour l’emporter chez lui, il faudra faire parler la poudre d’entrée de jeu, s’imposer et mener le combat afin de ne pas le laisser s’installer dans sa boxe, et le pousser dans ses retranchements.

J’ai analysé sa boxe. La préparation a été faite dans de très bonnes conditions et en fonction de cela, j’y crois et j’y vais. A cœur vaillant rien d’impossible.

 

Ton adversaire totalise dix combats chez les pros et autant de victoires dont cinq par KO, qu’est-ce que ça te fait dans ta tête?

 (Rire) ça me fait rien du tout, si ce n’est  qu’une motivation de plus pour lui  infliger sa première défaite. Pour l’emporter chez lui, il faudra faire parler la poudre d’entrée de jeu, s’imposer et mener le combat afin de ne pas le laisser s’installer dans sa boxe, et le pousser dans ses retranchements.

Mon coach et moi avions déjà analysé son style de boxe. J’ai foi en moi et à mon travail d’autant plus ma préparation a été faite dans de très bonnes conditions et en fonction de cela, j’y crois et j’y vais. A cœur vaillant rien d’impossible.

 

Christian Merle ton entraineur qui te suit depuis tes premiers coups dans la boxe représente quoi pour toi ?

« Christian un ami, un vrai coach, un frère d’arme qui me rassure pour aller au combat. Il est aussi, mon grand-frère par la  différence d’âge entre nous.

Pour ce combat, le 21e chez les pros, ton coach et toi avez travaillé sur quoi afin de répondre présent au rendez-vous de ce soir?

Comme je l’ai dit précédemment j’ai eu une très bonne préparation. En ce qui concerne ce combat, qui est sans enjeu, il faut le dire, nous avons  travaillé la pression sur le ring, le cadrage et les frappes du bras arrière. (La droite)

Le 17 décembre 2016 au stade d’Angondjé, le public de Libreville a fait ta découverte. Depuis lors, c’est un amour de sainteté. Un soutien qui s’est confirmé à Port-Gentil en juin 2017 au stade Michel Essonghe où tu as renversé Cédrick Peynaud. Un mot pour ces nombreux fans à quelques heures de ton combat…

Enorme merci à tous mes frères et sœurs gabonais et gabonaises qui me soutiennent et m’encouragent de près ou de loin. Je vous garde dans mon cœur,  j’espère vous rendre  fier et ramener de belles futures victoires, au pays si Dieu le veut.

Mot de fin…

Paix, amour, solidarité, détermination, discipline et travail. Merci du soutien, et place au combat ».

Entretien réalisé par Kennedy ONDO MBA

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Galerie photo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Prev Next
Handball- Semi pro+11/La descente aux enfers d’Oyem HB
Handball-Estuaire/Et si Phoenix avait boycotté le parrain de la finale !
Handball-Semi pro/Bousculade au sommet du classement
Rugby/Le championnat national reprend en octobre prochain
Handball-Estuaire/Siflotan dames et Libreville HB remportent la coupe de la ligue
Handball-Estuaire/Yannick Aubyang parraine les finales de la coupe de la ligue
Rugby/La Fédération tombe dans le désespoir

Actuellement en ligne

Nous avons 30 invités et aucun membre en ligne

 

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Compte bancaire ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON