Détournement de fonds : les journalistes sportifs dans la danse !

 

« On vous rappelle », « Repassez demain », « Laissez vos contacts  « Je n’ai rien reçu pour vous ». Voilà des termes devenus familiers et qui semblent devenir une norme pour certains confrères lorsqu’ils ont détourné les perdiems de leurs confrères

Avant tout, mettons-nous d’accord sur le sens des mots. Selon le très savant dictionnaire en ligne,  TISSOT éditions, un détournement de fond signifie une « appropriation frauduleuse par une personne, au préjudice d’autrui, pour son propre intérêt, de fonds, de valeurs, de biens mobiliers qui lui ont été remis et qu’elle a acceptés à charge de rendre, de représenter ou faire un usage déterminé … »

Pour en venir à notre sujet, de nombreux organisateurs d’événements sportifs au Gabon sont souvent victimes d’abus de confiance de la part de certains confrères véreux. Chargé d’assurer le côté Relations Presse d’un événement déterminé, les brebis galeuses de la presse sportive gabonaise se croient en droit de détourner pour leur intérêt propre, tout le contenu de l’enveloppe qui devait pourtant servir à tous les médias invités.

Dans le meilleur des cas, les miettes sont distribuées aux plus chanceux. Et, dans le pire des cas, c’est un concert de bâillements de la part de nos rédacteurs, chroniqueurs, correspondants, reporters, critiques et éditorialistes sportifs qui va saluer le départ en fumée des espèces sonnantes et trébuchantes.

 En réalité, les attachés de presse de moult comités d’organisation estiment que c’est à eux seuls que revient l’entièreté du budget alloué à la presse.

L’impunité qui s’en suit s’impose de plus en plus comme une sorte de loi non écrite. Pendant ce temps, les organisateurs attendent toujours un retour de presse conséquent.

De leur côté, démotivés, plusieurs journalistes abusés écrasent leurs reportages ou jettent les papiers dans la poubelle la plus proche, au détour du premier carrefour, à quelques encablures du lieu de l’événement…

Qui paie la facture finale ? A l’arrivée, c’est la communication autour de l’événement qui paie le plus lourd tribut. Il ne suffit pas de remplir une salle avec des journalistes, des cameras, des micros, etc. Le plus important est que le sujet de reportage soit effectivement diffusé dans les divers canaux de communication : presse écrite et en ligne, radio, télévision, réseaux sociaux …

Par ailleurs, l’audience pour certains et médiamat pour d’autres est un élément important pour mesurer l’intérêt que le public accorde à l’événement en question. Il serait donc souhaitable que les organisateurs d’événements soient plus regardant sur la probité des journalistes à qui ils confient la gestion de leurs relations presse.

Edmond Dominique EPOMA-NGADI

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Galerie photo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Prev Next
Handball-Estuaire/Et si Phoenix avait boycotté le parrain de la finale !
Handball-Semi pro/Bousculade au sommet du classement
Rugby/Le championnat national reprend en octobre prochain
Handball-Estuaire/Siflotan dames et Libreville HB remportent la coupe de la ligue
Handball-Estuaire/Yannick Aubyang parraine les finales de la coupe de la ligue
Rugby/La Fédération tombe dans le désespoir
Handball/Vers un partenariat entre la Chine et la Fégahand

Actuellement en ligne

Nous avons 19 invités et aucun membre en ligne

 

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Compte bancaire ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON