Le handball: jeu de mains, jeu de minettes ?

D’ordinaire, dans l’imaginaire collectif de nos sociétés, les jeux de mains ont mauvaise presse. Parfois, ils sont, à tord ou à raison, associés à la gente féminine et épicent toutes sortes de boulettes et d’historiettes contre le « sexe faible ». D’où, quelque fois, la charge péjorative de cette figure de style française : « Jeux de mains, jeux de vilains ».

Et, pour parler du handball, c’est-à-dire ce sport qui se pratique « balle à la main », doit-on penser qu’il s’agit d’un sport de basse classe, un sport réservé aux minettes ? Quel intérêt donc pour un public sportif viril dont le sport roi semble plutôt être le football ?

« Jeux de mains, jeux de vilains ». Remontons le temps. Au moyen âge, effectivement, les jeux de mains étaient réservés aux « vilains », c’est-à-dire aux hommes de basse condition sociale. Ceux qu’on pourrait aujourd’hui appeler « les villageois  ou les paysans ». Les jeux de mains étaient alors le propre des rustauds, des grossiers, des goujats, des pignoufs, des pedzouilles et autres pétrousquins …

Sans autre forme de procès, ce qui précède justifie-t-il le peu d’engouement du public gabonais pour cette compétition continentale du jeu « balle à la main » ?

Néanmoins, Ange Makilat, Président de la Fédération Gabonaise de Handball, après avoir salué « la redoutable détermination » du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, qui n’a ménagé aucun effort pour que cette importante compétition continentale ait lieu au Gabon, a dans le même temps souhaité que cette 23ème édition de la Can senior de Handball 2018 connaisse un « engouement populaire » digne de la réputation sportive de ce pays.

Or, le moins qu’on puisse dire est, qu’en sa qualité d’acteur important du système de l’industrie du sport partout dans le monde, le public sportif gabonais, pour sa part, n’a pas répondu massivement aux premières confrontations de cette Can 2018 de handball  qui ont eu lieu ce mercredi 17 janvier 2018 à Libreville.

L’engouement populaire tant souhaité par les organisateurs a plutôt trainé les godillots, même lors de la cérémonie d’ouverture. L’imaginaire collectif à propos des jeux de mains serait-il pour quelque chose dans cet état de fait, alors que l’accès au Palais des Sports de Libreville est gratuit pour tous ?

Dans tous les cas, force est de reconnaître que le handball à beau être un jeu « balle à la main », il ne semble pas être un jeu réservés aux minettes, même si, en 1919, l’allemand Carl Schellenz a créé le handball à onze, en s’inspirant du jeu féminin de « Torball » ou balle au but. En témoignent avec éloquence, ces défenses parfois virulentes obligeant les arbitres à prononcer des avertissements et même des exclusions temporaires ou définitives.

Par surcroît, ce magnifique Palais des Sports de Libreville inauguré par Ali Bongo Ondimba, le mardi 16 janvier 2018, ne mérite-il pas qu’on y fasse un tour, même pour faire du simple tourisme urbain et sportif ? Ne serait-il pas là, à l’avenant, une occasion opportune pour prendre de belles photos ou se faire d’incroyables selfies ?

Par Edmond Dominique EPOMA-NGADI

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Galerie photo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Prev Next
Can 2019/Pas de plan B, la Can se jouera au Cameroun
Handball Semi Pro+12/Le sursaut d’Oyem à Libreville face à Réveil DB
Handball- Semi pro+11/La descente aux enfers d’Oyem HB
Handball-Estuaire/Et si Phoenix avait boycotté le parrain de la finale !
Handball-Semi pro/Bousculade au sommet du classement
Rugby/Le championnat national reprend en octobre prochain
Handball-Estuaire/Siflotan dames et Libreville HB remportent la coupe de la ligue

Actuellement en ligne

Nous avons 28 invités et aucun membre en ligne

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Compte bancaire ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON