Handball/Ange Makilat élu sur fond de contestation et dans la confusion.

 

Après la maladroite invalidation des candidatures d'Hervé Nyamat et Sylvain Miloko, c'est dans la confusion totale qu'il a été porté à la tête de la Fédération gabonaise de handball ce samedi. Le récit des faits avec un dirigeant de club.

« C'est honteux et scandaleux pour le handball. Honteux pour le handball de voir le ministère des Sports venir imposer son candidat, à la limite nommer son président de fédération. Le pire c'est que ce candidat nommé par la fédération n'aurait même pas dû être candidat du seul fait qu'il n'a pas eu le quitus sur son rapport financier où il a été incapable devant toute l'Assemblée générale, de justifier toutes les grosses sommes d'argent englouties. Et le pire c'est que le commissaire aux comptes ou vérificateur de comptes a rejeté ce rapport financier en indiquant que le rapport n'était pas sincère.

A partir de là, le candidat sortant aurait dû être disqualifié. Les représentants du ministère ont débarqué dans la salle violant même le caractère souverain d'une Assemblée générale et sont venus invalider les rivaux du candidat du ministère sans leur donner le droit de se défendre, du jamais vu !(…)

(…) C'est hier que j'ai appris (ce qui est archi faux) que le candidat en question est président fondateur de Phœnix sa fait rire toute la salle d'entendre ce gros mensonge. Tout le monde sait à qui appartient Phœnix dans le milieu du handball. Interrogez n' importe quel sportif au hasard vous serez surpris par la réponse.

(…) La presse devrait se poser la question pourquoi elle a été priée de quitter la salle quand on a débuté les travaux ? Parce qu'il y avait une volonté manifeste de cacher des choses ? Comment peut-on inviter les médias et empêcher qu'ils suivent tout le processus afin de mieux relater la vérité de ce qu'ils ont vécu ou découvert ? Comment auront-ils les raisons qui ont poussé une bonne partie du collège électoral qui était un faux collège électoral taillé sur la mesure du candidat sortant.

La liste du collège électoral qui aurait dû être publiée depuis n'était pas bonne, la liste des candidats qui aurait dû être publiée depuis n'a été fait que la veille dans la nuit, ceci fait exprès pour empêcher les autres candidats de faire des recours.

(…) Au début de l'A. G, j'ai pris la parole et relever les multiples viols des statuts et règlements de la FEGAHAND sur les points suivants : 
- Non-respect de l'article 2 du règlement intérieur à propos de l'ordre du jour qui doit être communiqué aux membres deux semaines avant la date de l'AG
- Des rapports moral et financier qui doivent être transmis aux membres 15 jours avant l'AG.
- Violation des articles 79 pour ce qui est de l'examen des litiges et procédures. 
(…) La liste des candidatures n'ayant pas été publiée à temps, le collège électoral étant un faux collège électoral, les bilans moral et financier n'ayant pas été transmis dans les délais statutaires requis, l'ordre du jour n' ayant pas été transmis dans les délais statutaires requis, j'ai tout simplement demandé un report sur le point concernant l'élection afin de clarifier tous ces griefs.

(…) Je ne relate que ce que j'ai vécu dans la salle. Hier (samedi dernier : ndlr). Pourtant le représentant du CNOG a pris la parole pour préciser que l'Assemblée générale est souveraine et peux prendre toutes les décisions puisqu'elle est souveraine. Tout le monde a apprécié l'attitude du représentant du CNOG et a salué ses interventions pour aider à décanter les situations.

Mais ce sont les représentants du ministère qui sont venus tout gaspiller. Bref moi le handball, les histoires de ligues et fédérations plus envie d'entendre parler car pour moi c'est un passage en force et une prise en otage. La prochaine fois ne nous dites pas de venir perdre notre temps pourtant tout est joué d'avance. Ce qui s'est passé hier n'est pas différent d'une nomination.

(…) C'est quand même ahurissant et ça laisse pantois de voir qu’on nous impose un candidat pour gérer une fédération alors que l'Assemblée générale souveraine vomit sa gestion financière par le fait de ne lui avoir pas donné le quitus et le plus grave c'est que le commissaire aux comptes a rejeté et mis en doute ce bilan financier en relevant le caractère non sincère de ce rapport financier. A partir de ce moment ce candidat aurait dû être disqualifié et devenait inéligible.

(…) Bref je ne fais que commenter ce que j'ai vécu hier qui dépasse l'entendement humain ».

 A noter qu’après la sortie de la salle du groupe des mécontents des actes décrits plus hauts, Ange Marie Makilat a été élu avec 56 voix sur 70 votants, 9 abstentions et 6 bulletins nuls pour un collège électoral de 97 électeurs. 

Par Jean-Claude NOUNAMO

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir