Maracana/Le Gabon n’abritera pas la Can 2018

C’est la réponse donnée par le ministère des Sports gabonais à la Confédération africaine de Maracana qui aurait choisi unilatéralement le Gabon comme pays organisateur de la Can 2018 de cette discipline sportive.

Réunie en Assemblée générale ordinaire le 15 septembre 2016 à Ouagadougou au Burkina Faso, la Fédération internationale de Maracana associations (Fimaa), avait attribué l’organisation de la coupe d’Afrique des nations de cette discipline au Gabon. Décision notifiée par un courrier du président de cette institution sportive, l’Ivoirien Bleu Jean Charlemagne, datant du 10 octobre dernier, au responsable national de cette discipline sportive,  André Obame Ondo qui, à son tour, l’a transmis au ministre des Sports.

Après lecture du document, Nicole Assélé a rejeté cette offre de la Fimaa,  la qualifiant de « décision unilatérale et qui n’a pas fait l’objet d’un accord du gouvernement gabonais ».

Dans sa correspondance, la ministre des Sports appelle le président de la fédération gabonaise de Maracana à se soumettre à la réglementation en vigueur au Gabon en matière d’organisation d’événements sportifs internationaux. « Il faudrait respecter la procédure qui consiste à faire la demande au Ministère des Sports deux ans avant la compétition et attendre l’avis du gouvernement », peut-on lire.

Et la question qui est la nôtre est celle de savoir pourquoi, lors de sa visite au Gabon en juillet dernier, le président Bleu Jean Charlemagne, qui avait pourtant rencontré le ministre des Sports de l’époque, Blaise Louembé, n’avait pas posé ce problème afin d’être dans les délais ?

A présent que la compétition est annulée ou reportée, il revient urgemment à André Obame Ondo, qui ne doit s’en vouloir qu’à lui-même, de se conformer à la règle et tenter l’édition 2019, le temps pour lui aussi et sa hiérarchie de trouver un autre preneur pour 2018.

Par Jean-Claude NOUNAMO