Basketball/Yvon Medoua Nze sur la voie d'une réélection.

Lors de l'assemblée générale ordinaire de ce vendredi 30 décembre, ses bilans moral et financier ont été largement adoptés.

 Conformément aux règlements et statuts en vigueur, la  fédération gabonaise de basketball (Fégabab) a tenu ce vendredi son assemblée générale ordinaire, l’élective ayant été renvoyée dans environ deux semaines.

Ici, il était essentiellement question pour le président sortant, Yvon Medoua Nzé, de dresser son bilan moral et financier.

Parti de l’état des lieux en 2013 lorsqu’il prenait la tête de cette fédération, « la situation de la fédération présentait des insuffisances qu’il fallait absolument pallier ». Il citera entre autres l’insolvabilité de la Fégabab à la Fédération internationale de basketball, la très mauvaise place occupée par le Gabon (53ème sur 54) en Afrique, l’absence du basketball gabonais sur l’échiquier continental et mondial.

Il a donc fallu mener des actions à court, moyen et long terme pour ramener la sérénité. Et pour ce faire, il fallait d’abord doter la fédération d’un siège, éponger la dette du Gabon vis-à-vis de la Fiba, et se mettre dans une activité sportive conquérante.

Celle-ci a d’ailleurs payé car, les résultats sportifs placent désormais le Gabon leader en masculin et vice leader en féminin dans la zone 4 alors que sur le plan africain, notre pays occupe désormais la 7ème place en féminin et la 8ème en masculin.

A coté de ces performances, le président Medoua Nzé aurait renoué un partenariat avec la fédération française de basketball et inscrit plusieurs encadreurs dans des stages un peu partout dans le monde.  

Si ce bilan a été convainquant sur toute la ligue et validé à 85%, l’équipe sortante a connu beaucoup de difficultés dans sa gestion financière, en raison de la « mise à disposition souvent tardive des subventions allouées à notre Fédération pour les championnats ou pour les compétitions internationales ».

Ce qui a obligé le président fédéral à préfinancer, à titre personnel, certaines compétitions, à hauteur de 60 millions de FCFA et à orienter pour d’autres besoins certaines subventions venues des organismes internationaux. Conséquence  de cette gestion risquée, le bilan financier a été validé à hauteur de 71%.

Retouche de la prochaine équipe

Si l’homme se satisfait de son bilan, malgré vents et tempêtes traversés, il a aussi esquissé quelques lignes directrices de ce que pourrait être son action pour la prochaine mandature.

 Une mandature qui passe par des signes forts dont la retouche à 60% de son bureau. « Il a des défis et j’ai décidé d’aller avec une équipe retouchée à 60%, qui sont des gens qui me comprendront mieux et outillés à la tâche », a indiqué le président candidat.

Dans quelques jours, les délégués se retrouvont pour élire le prochain président de la Fégabab. Et aux dernières nouvelles, quatre candidatures auraient été déposées au ministère des Sports pour examen et validation.

Par Jean-Claude NOUNAMO

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir