Tennis/Célestine Avomo Ella à la Coupe d'Afrique des nations seniors au Kénya

La 14ème édition de la Coupe d'Afrique des nations tennis senior (messieurs et dames) a débuté ce lundi à Nairobi au Kenya. Classée dans le circuit, la compétition réunit les meilleures joueurs et joueuses (simple et double) du continent africain et ce, jusqu'au 14 novembre prochain. 

Notre jeune compatriote Célestine Avomo Ella (291e WTA) pensionnaire depuis 2013 du Centre ITF du Kenya et championne d'Afrique du Centre, de l'Ouest et de l'Est dans la catégorie junior, va surclasser pour une énième fois sa catégorie pour évoluer en sénior. Un rang qui est le fruit de ses performances réalisées dans les compétitions africaines et européennes depuis depuis qu'elle est rentré dans le top 10 africain.

Ce mardi à 9h, elle est entrée en lice, sans coach national, face à la Tunisienne Ferdaous Bahri (26 ans).

Ce qui ne constituera pas un véritable handicap pour la jeune fille. Pour son entraîneur, Samuel Abessolo, « Elle s'est bien préparée au Centre Andres Gimeno à Barcelone durant une semaine. Elle était sous les soins de Marc Canovas entraîneur dudit centre ».

Joint au téléphone hier lundi, la joueuse est sereine. « Ce n'est pas la première fois que je vais évoluer en senior, je le fais chaque année, dans les tournois auxquels je prends part depuis que je suis au Centre ITF de Nairobi. Mon adversaire du jour est une spécialiste de terre-plein, ce qui veut dire qu'elle va plus vite. Etant donné que la compétition se dispute en terre battue où j'ai une certaine expérience, je compte ainsi mettre toutes les chances de mon côté pour gagner cette première rencontre », rassure l'internationale gabonaise.

Selon la fiche de l'ITF (Fédération internationale de tennis), depuis le début de la saison, Célestine s'est alignée dans sept compétitions majeures. Notamment, le tournoi internationale de Clermont-Ferrand (France) où elle a atteint les quarts de finale, le tournoi du Val d'Oise, où elle tombée en demi-finale, l'Open du Maroc et bien d'autres.

Plusieurs difficultés

Au-delà des assurances et des performances de la tenniswoman, se cachent plusieurs problèmes auxquels elle fait face depuis cette saison. En effet, quand Célestine Avomo Ella a rejoint le Centre ITF de Nairobi, le ministère des Sports et le Centre ITF s'étaient entendu sur un certain nombre de principes visant à mettre l'athlète dans les bonnes conditions.

C’est à ce titre que le ministère des Sports avait accepté de débourser 3 500 000 francs CFA chaque année pour les frais de formation de la jeune athlète. Un contrat que le ministère des Sports aurait pourtant honoré jusqu'en 2015, soit deux ans seulement.

Malgré les nombreux courriers du président de la Fédération gabonaise de tennis (Fégaten), Samuel Minko Mindong, à la tutelle, rien n'aurait évolué. « Il y a quinze jours, j'ai fait une relance de courrier qui date du mois de juillet dernier. Dans ledit courrier, nous avons sollicité une subvention pour la préparation de Célestine pour la Coupe d'Afrique. Nous avons également sollicité les fonds pour les compétitions domestiques. Nous sommes toujours dans l'attente », se plaint Minko Mindong.

Pour l’entraîneur et oncle de la jeune Célestine Avomo Ella, « Il a fallu que son sponsor Money Gram et ses parents mettent de nouveau la main dans la poche pour sa préparation du côté de la France et de l'Espagne'', a-t-il fait savoir.

 

Richy Mvé ONDO