Tennis de table/Report sine die de l’AG élective de la fédération.

Le Directeur général des Sports pointé du doigt comme étant responsable de « cette discorde dans le tennis de table gabonais ». 

Annoncée une première fois pour le 11 mars dernier, puis reportée au 22 avril, l’assemblée générale élective de la fédération gabonaise de tennis de table ne s’est pas non plus tenue samedi dernier.

Après pourtant une notification officielle adressée à la tutelle et autres responsables fédéraux pour la tenue de cette AG au gymnase du prytanée militaire, la présidente sortante, Bernadette Nguéma, s'est retrouvée presque seule dans la salle prévue pour la circonstance.

Qu'est-ce qui peut alors justifier l'absence du ministère des Sports, du Comité olympique et des autres délégués électeurs à cette importante rencontre? Tout porte à croire qu’il y aurait encore une main noire du ministère des Sports qui torpille ce dossier.
Selon, Léon Ngoni, responsable de la page Facebook de la fédération, c’est le DG des Sports, Mr Missoni, qui serait responsable de cet état de choses. Et notre interlocuteur de relater les faits et d’argumenter.

« En effet, l'AGE devait se tenir depuis le 11 mars mais la tutelle, en l’occurrence son DG, Missoni a demandé à la Présidente de repousser la date, chose faite. Plus tard, c'est cette même tutelle qui fait pression à la Présidente d'organiser son AG. D'où s'installe alors une confusion totale dans nos esprits. Ayant pris ses responsabilités, la Présidente prendra la décision d'organiser l'AG le samedi 22 Avril. Mais bien avant elle a pris soin d'informer la tutelle, documents à l'appui. Ce qui a été validé par la tutelle », raconte-t-il.

Et de poursuivre : « Sans subvention, la Présidente s'est battue ici et là pour financer le déplacement de la ligue de POG pour prendre part à cette AG. Mais curieusement le vendredi aux alentours de 17h, elle reçoit un coup de fil du DG lui disant que cette AG n'aura plus lieu, au grand étonnement de tous ».

Au regard de faits décrits, Léon Ngoni dénonce à visage découvert les pratiques dont sont accusés certains responsables du ministère des sports. « Dès lors, nous comprenons clairement que le DG joue à un jeu, dans l'optique de favoriser l'adversaire de la Présidente, Pépin Mouloungui, qui n'a clairement aucun argument pour battre Bernadette Nguéma. En résumé c'est le DG Missoni qui est à l'origine de cette discorde dans le tennis de table gabonais ».

Voilà qui est dit, affaire à suivre !

Par Josué EBOZO’O