Cyclisme/Un collectif d'anciens cyclistes et cyclistes soutient la décision de Nicole Assélé.

Lors d'un échange avec la presse dimanche dernier, un groupe d'anciens cyclistes et cyclistes est venu soutenir la radiation des Panthères mais aussi demandent la démission du président Embinga.

Le feuilleton de crise qui secoue en ce moment le cyclisme gabonais poursuit son chemin. Après la décision de la ministre des Sports de « radier à vie » l’équipe nationale et de la sommation faite au président fédéral de démissionner, nous avons suivi le refus d’Embinga de démissionner et ensuite les cyclistes qui crient à l’injustice, voici un autre groupe constitué d’anciens cyclistes, cyclistes, commissaires et mécaniciens.

Conduit par Mathias Bakpé, ancien directeur technique national, le groupe a donné sa position sur la crise actuelle de la Fégacy.

S’agissant de la préparation des Panthères, Mathias Bakpé et les siens reconnaissent que l’équipe nationale n’a pas eu la préparation requise pour faire bonne figure à la dernière Tropicale Amissa. Jetant ainsi le dévolu sur le bureau fédéral qui semble-t-il, n’arrive même pas à établir des licences aux athlètes.

« On lui a donné plusieurs millions de FCFA pour les enfants mais nous ne savons pas ce qu’il a fait de ce argent », a martelé Mathias Bakpé, soutenant que le président fédéral a le devoir de rendre compte de sa gestion du cyclisme.

« Nous pensons que le ministre a pris une bonne décision de suspendre d’abord l’équipe nationale parce que quand un enfant se comporte mal, le père corrige. Et le père de la fédération, c’est le ministère », a déclaré Mathias Bakpé.

Et pour rester dans la question des cyclistes, les conférenciers ont déclaré, sans preuves évidentes, que c’est le président Embinga était derrière ce refus des cyclistes de courir et que c’est les cyclistes du Vélo Club Amitié de Franceville (équipe du président Embinga) qui seraient les principaux auteurs de cette défection.

« Si on a parlé de radiation à vie, c’est que les enfants le drapeau national aux pieds. C’est un terme qui est employé mais on peut le corriger dans son application.  Nous pensons que dans le groupe, trois juniors sont là et c’est nous qui les avons formé. Il y’a d’autres juniors qui sont là » a dit l’ancien DTN, soucieux des Jeux de la Francophonie qui pointent à l’horizon et dont le Gabon devrait prendre part.

« Nous pensons que le ministère va revoir cette décision pour ceux qui ne débutent qu’en cyclisme » a déclaré Bakpé, estimant que la radiation à vie est forte comme sanction.

 

 

 

Quant au bras de fer qui oppose le président Embinga et le ministère, le collectif soutient que « s’il ne veut pas respecter ce qu’a dit Madame le ministre, qu’on lui retire l’agrément technique », prouvant d’une certaine manière la complicité dont le groupe est accusé aujourd’hui avec le ministère.

Par Jean-Claude NOUNAMO