Marathon du Gabon/Quand la CPPF appelle les retraités et agents de l’Etat à la course !

Passant à coté de ses missions, la Caisse des pensions et des prestations familiales se propose même d’inscrire certains athlètes partant à ses frais.

 A deux semaines de la 3ème édition du marathon international du Gabon, l’on commence à craindre une certaine indifférence des populations, qui tardent à se mobiliser. Cela se justifie par les appels à la mobilisation lancés ici et là.

Après l’injonction de la direction générale des Sports  faite récemment à toutes les fédérations sportives nationales à envoyer obligatoirement des listes d’athlètes pour cette course, le tour revient à la CPPF (Caisse des pensions et des prestations familiales) d’appeler les retraités et agents de l’Etat à participer au marathon international.

« La CPPF convie les agents de l'Etat (actifs, retraités) et leurs familles à participer au Marathon du Gabon qui aura lieu les 26 et 27 novembre 2016 à Libreville. La Direction Générale de la CPPF offre les 30 premières inscriptions aux retraités », peut-on lire sur les réseaux sociaux.

Alors que ces agents et autres retraités commencent à avoir de la peine à entrer en possession, les uns de leurs salaires et les autres de leurs pensions, voilà qu’ils sont appelés à aller prendre part à une manifestation sportive dont les risques d’accidents sont élevés, surtout pour ces sexagénaires.

Communiqué qui n’a d’ailleurs pas laissé bouche-bée certains. « Ils se fichent de nous, ces gens-là ! Nous passons des journées entières ici à la poste d’Akébé pour prendre notre hypothétique pension et ils nous appellent d’aller courir », s’est insurgé Antoine Bourobou, un ancien militaire, rejoint par une ancienne enseignante de français en ces termes : « Ils n’ont qu’à annuler leur histoire-là. Elle ne nous apporte rien. Au contraire, c’est encore plusieurs centaines de millions dépensées qui peuvent servir à payer nos pensions à temps ou payer les salaires de plusieurs centaines d’agents en attente de leurs salaires, alors qu’ils disent que le pays est en crise ».

Au regard de ce refus des fédérations sportives à répondre aux injonctions de la direction générale des Sports et de la réaction impulsive des retraités à l’appel de la Caisse des pensions et des prestations familiales, nul doute que les 12 000 participants de l’année dernière ne seront même pas atteints, alors que le comité d’organisation plaçait la barre à 15 000 athlètes cette année.

Une maladresse de communication de plus de la structure dirigée par Marcel Mbele Lousssou, alors que ses missions sont ailleurs.

Par Benjamin YANGA