Handball/Rodjers Mouandza : « La Lineph a besoin de bons visionnaires »

 

Ce jeune confrère est un pur produit du handball gabonais qu’il connaît presque par cœur. Et dans cet entretien, il fait le diagnostic de la Lineph à quelques jours de son Assemblée générale élective.

Gabonallsport : Qui est Rodjers Mouandza  dans ce monde du handball gabonais ?

Rodgers Mouandza : « C’est assez difficile de parler de soi, surtout quand on est journaliste. Simplement que Rodjers Mouandza est ancien joueur sans trop de gloire, titulaire d'un diplôme d'entraînement premier degré de handball.

Je découvre le handball grâce à des condisciples de classe au Lycée Thuriaf Bantsantsa de Port-Gentil dans les années 1997 comme cadet avec Asma sous le coaching d’Eboulia. Puis en 2004, je me retrouve à Koulamoutou pour les études et avec d’autres amis sur place, sous la conduite du duo Jonas Mboumba et Joseph Boucka, nous créons le véritable premier Club de  handball de la province, Bangando Handball, devenu plus tard Bangando Académie Sports.

En 2009, je prends les reines techniques de notre club à la suite du départ du père fondateur du handball logovéen moderne à Koulamoutou, Doc Mboumba. Je quitte le club en 2012 et toujours avec d’autres passionnés de sports, pour créer l'Association Sportive Stade-Koulois dont  la section handball me sera confiée.

Le séjour dans ma rpovince d’origine me permettra d’ailleurs d’être l’instigateur de la création des écoles de handball  Migolet Handball du lycée d'Etat Jean Stanislas Migolet de Koulamoutou, Mulundu Handball de Lastoursville et de Jeunesse Sportive de Lozo, qui a d'ailleurs participé à une coupe du Gabon en 2011.

Je suis de ceux qui ont pu faire déplacer le président fédéral de l'époque, Nicole Assélé, à l'intérieur du pays pour apprécier un projet de pôle de performance provincial féminin. Mais malgré le soutien du comité exécutif de l'époque et de la présidente de ligue Yvonne Olui épouse Mbama, je dois quitter Koulamoutou pour Libreville.

Aujourd'hui,  je suis Vice-président du Club Nouvelle Génération HB (New-G) de Libreville.

Quelle lecture faites-vous de la Lineph aujourd'hui ?

Ma lecture ? C'est une institution qui souffre et qui manque de cadre juridique même si elle est légale. Elle souffre car elle n'est pas vraiment comme sa sœur du football, la Linafp, qui bénéficie du soutien de l'Etat sur sa partie financière. Dieu merci que la Lineph a bénéficié du soutien d'un sponsor anonyme pour réaliser quelques compétitions.

Sur la question de la subvention, comment bénéficier de la subvention de l'Etat si vous ne faites pas de bilans avec vos membres ? Aucun rapport d'activité officiellement à votre tutelle; aucune visibilité dans la gestion des finances. Et l’article 18 de la loi 35/62 est clair : « Les associations déclarées ou reconnues d'utilité publique sont soumises à un contrôle particulier lorsqu'elles bénéficient de subventions de l'Etat.... Tout entrave apportée à l'exercice de ce contrôle entraîne la suppression de la subvention ».

Et comme dit plus haut, la Lineph manque de cadre juridique. Comment comprend que la 2ème Institution de handball au Gabon n'as pas de textes régulateurs? Le bureau conduit par Mme Alida Bignoumba a conçu des textes mais jusque-là non soumis à l'approbation d'une Assemblée générale qui n’a jamais eu lieu en quatre ans de mandature.

Parlons enfin un peu de la légitimité du bureau sinon de sa présidence. La création de la Lineph est actée en octobre 2015 au cours d'une AG Extraordinaire fédérale suivi le 16 janvier 2016, de l’élection du défunt président Macaire Bantsantsa qui va d’ailleurs décéder quelques mois plus tard.

 Or dans un système électoral uninominal avec liste, il n'était pas question que le poste de président soit hérité directement par son vice-président. Les choses se sont faites malheureusement comme on le sait.

Et pis encore, la Fégahand n'a jusqu'à présent officiellement signé une convention de délégation de pourvoir qui donne quitus à la Lineph d'organiser des compétitions élites dames et semi-pro messieurs.

A la fin de ce mandat si difficile, la Lineph  n'a pu organiser que deux éditions en messieurs grâce à un mécène anonyme oubliant ainsi les championnats élite dames qui est la cause de la fermeture de plusieurs équipes féminines.

Quel bilan peut-on défendre avec autant d'égarements ?

Au regard de cette situation, quelles peuvent être les solutions de sortie de crise?

Même si les solutions de sorties de crise paraissent simples et claires, ça presse car il faut mettre de l’ordre avant octobre, entendu qu’en décembre il y a l'élection fédérale.

La Lineph est un démembrement important de la Fégahand et à ce titre, il revient aux fédéraux de mettre en place une délégation ou commission spéciale pour sa gestion temporaire car ce bureau n'est plus légal et légitime.

Ensuite revoir et lancer le processus de renouvellement du bureau directeur le plutôt possible avant d'aboutir à l'élection du nouveau président. Mais avec quel collège électoral ? La question vaut son pesant d'or.

N'ayant jamais tenu sa première AGO, on peut donc conclure, selon les principes généraux qui régissent la vie associative, que les clubs membres en dames et en messieurs sont de facto membres de droit à cette messe du handball d'élite. A eux s'ajoute le club de Réveil Dribbling Handball, tout en excluant la fédération car elle ne peut avoir des partis pris.

Au sortir de cette élection, il serait souhaitable de donner mandat au bureau élu de normaliser l'institution par des textes en s'appuyant aux modèles des autres (France et Linafp) et tout restant sur les réalités gabonaises.

Pouvez-vous nous faire une caricature de votre candidat à la veille de l'AG élective?

Honnêtement dans mon esprit plusieurs personnes peuvent accéder à la tête de Ligue nationale. Le handball en particulier et le sport en général regorgent des cadres capables de relever les défis. Certains se sont mis à l'écart, d'autres sont encore  présents dans le mouvement.

Cependant il serait souhaitable de ne plus se fier aux lobbies ou aux camaraderies. Pour moi, tout acteur de la discipline peut être élu Président à condition de répondre aux critères exigés.

C'est donc ouvert à tous mais le plus important, c’est d’avoir quelqu’un qui a tout d'abord une vision sérieuse du handball semi professionnel et élite, une capacité managériale et relationnelle, un esprit d'ouverture et un groupe soudé ».

Réalisé par Livia MOUKAGNI

 

Actuellement en ligne

Nous avons 54 invités et aucun membre en ligne

 

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Galerie photo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Prev Next
Football-RCA/Célestin Yanindji élu président fédéral
Mondial féminin 2019/822 clubs reçoivent leurs Fonds de Solidarité Fifa
Foot féminin/Celestina Manga meilleure joueuse d’Afrique Centrale
Can féminine 2020/« Je suis triste pour le football féminin africain »
Caf-Awards 2020/Le successeur de Sadio Mané va attendre 2022
Foot féminin/Viviane Asseyi débarque au Bayern Munich
Fait divers-Football/Trois faux « Samuel Eto’o » aux arrêts au Cameroun

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON