Omnisport/A cœur ouvert avec Joannick Ngomo Obiang

Dans un entretien qu’il nous a accordé, le DG de l’Office national de développement du sport et de la culture (ONDSC) revient sur le Run In Masuku, la situation générale des sportifs gabonais sans oublier la préparation des Panthères pour la Can 2021 au Cameroun.

Après le Run in Masuku qui a vu la participation active de l’Office national de développement du sport et de la culture, peut-on avoir la réaction à chaud du DG de cet Office que vous êtes ?

Ce que je peux vous dire à chaud, c’est qu’on sort de cette course internationale la main haute, malgré la grande pluie qui s’est abattue à Franceville ce jour. Nous avons battu plusieurs records de la compétition. Ça laisse vraiment un sentiment de satisfaction.

Parmi les échéances majeures à venir, nous avons le marathon international du Gabon. Comment comptez-vous accompagner cette compétition ?

Comme les deux courses internationales de Port-Gentil et Franceville, il y a déjà une très bonne organisation de ces courses pédestres. Et s’agissant effectivement du marathon international du Gabon, vous savez que non seulement cette course est déjà labélisée mais aussi, elle met en avant la lutte contre les cancers féminins, cheval de bataille de la Première Dame, Sylvia Bongo Ondimba.

Nous allons soutenir les organisateurs de la course comme cela a toujours été le cas dans les années passées et à la limite de nos possibilités.

S’agissant effectivement de ces courses, les athlètes gabonais estiment ne pas bénéficier d’une bonne préparation. Avez-vous un mot à leur dire ?

Comme je l’ai dit à un athlète après le 10km de Masuku, aujourd’hui, nous privilégions désormais la qualité et non la quantité. Avant, on envoyait nos athlètes s’entraîner dans des pays qui n’avaient rien à voir avec la spécificité de nos courses.

On est en ce moment en train d’étudier plusieurs dossiers en vue d’aller se préparer dans les pays limitrophes où les conditions climatiques et géographiques sont les mêmes qu’au Gabon, à la seule différence que c’est un entrainement approprié. L’objectif étant d’être désormais plus performants tant aux compétitions nationales qu’internationales.

Et la préparation des Panthères pour les éliminatoires de la Can 2021.

Les Panthères du Gabon se préparent déjà depuis le mois de juillet dernier avec la tournée de prise de contact et de sensibilisation du sélectionneur national avec nos expatriés. Cela a d’ailleurs abouti par la publication il y a quelques jours de sa première liste de l’équipe nationale pour les deux matches amicaux contre Le Burkina Faso et le Maroc.

Avec le nouveau sélectionneur, j’essaie d’inculquer un nouvel état d’esprit, à savoir le "Gabon d’abord". J’estime qu’en équipe nationale, on vient d’abord pour défendre les couleurs du pays, tous logés dans la même enseigne. On doit donc avoir à l’esprit que tous les Gabonais nous regardent.

Et un mot à l’endroit des autres disciplines sportives.

Avant de répondre à cette question, je voudrais d’abord rappeler les missions de l’Office National de Développement du Sport et de la Culture, en abrégé ONDSC et désigné l’Office.

Nous sommes un établissement public à caractère industriel et commercial, doté de la personnalité juridique et jouissant de l’autonomie administrative et financière.

La création de l’Office résulte du transfert des missions des anciens Fonds National de Développement du Sport (FNDS), de l’Agence Nationale de Gestion des Infrastructures Sportives et Culturelles (ANAGEISC) et de la Commission Nationale d’Organisation et de Gestion des Evènements et Manifestations à Caractère National et International (CNOGEMCNI).

L’Office a essentiellement pour mission de contribuer au développement du sport et à la promotion de la culture, ainsi que la gestion des structures hôtelières érigées pour l’organisation des CAN 2012 et 2017 par notre pays.

Ainsi dit, nous ne sommes pas une banque ou un pourvoyeur de fonds des fédérations sportives. Notre mission est donc de les accompagner et les soutenir dans leurs activités. En d’autres termes, nous ne sommes pas là pour valider les budgets qui nous sont présentés ici et là tous les jours, mais nous faisons des arbitrages en fonction des priorités et de nos disponibilités financières.

Tout ceci pour dire aux autres Fédération sportives qui se disent, à tort ou à raison, lésées, que nous faisons désormais face à un nouveau modèle économique. Nous continuerons à les soutenir, mais l’Etat ne peut plus tout faire seul pour elles, comme cela semblait se faire avant.

Par Jean-Claude NOUNAMO

 

Actuellement en ligne

Nous avons 22 invités et aucun membre en ligne

 

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Galerie photo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Prev Next
Handball-Mouila/La JSM remporte le tournoi de mise en jambes
Handball-Estuaire/Assemblée générale de Siflotan : satisfécit général
Handball-Mouila/La marque de vêtements FIER 2MA MÈRE organise un tournoi de mise en jambes
Can U23/L’Egypte rafle tout à domicile
Handball-Can 2020/La Fégahand invite Franck Nguéma à suivre les pas d’Ali Bongo
Football/Samuel Eto’o repart à l’école ?
Handball-Can 2020/La DTN appelle 21 présélectionnés

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON