Eliminatoires JO 2020/« Je demande aux filles d’aller à fond »

C’est le message de Cédric Mapangou à quelques heures du match retour Ghana-Gabon. Il revient aussi sur les enseignements du match retour et son schéma (3-5-2).

Gabonallsport : Avant de quitter le  Gabon pour le match retour au Ghana, peut-on revenir sur votre réaction sur le match aller ?

Cédric Mapangou : « C’est une réaction de lucidité. Nous avons perdu 3-0 parce que nous n’étions pas physiquement affûtés. N’eût été la détermination des filles sur le terrain et leur envie de bien se comporter dans ce match, on aurait encaissé beaucoup plus de buts.

Je suis naturellement déçu d’avoir perdu le match à Libreville mais satisfait du comportement sans cesse croissant dans le sens du jeu de cette équipe.

Quelques enseignements tirés ?         

Je note donc une nette progression dans le jeu, dans l’expression footballistique et dans la combativité. Bref l’équipe a fait beaucoup de progrès.

Sur le plan tactique, n’ayant aucune connaissance concrète du Ghana en dehors de quelques éléments tirés des réseaux sociaux, cette fois-ci je connais un Ghana très athlétique, très équilibré dans toutes ses lignes et qui n’est pas forcément à l’aise lorsqu’on le provoque balle aux pieds.

Nos filles ont eu plusieurs phases de possession et avoir la possibilité d’entrer dans la surface adverse. Il y a donc du travail dans notre animation défensive et surtout offensive puisque nous avons trois buts à remonter.

Sans risque de me tromper, j’ai vu un Ghana prenable et qui pouvait encaisser des buts. C’est maintenant à nous de faire ce qu’il faut pour marquer ces buts. Et sans parler de qualification, nous pouvons leur planter des buts.

Et tant mieux si le nombre de buts à marquer pourra nous permettre de renverser le score.

On vous reproche sur votre schéma tactique, le 3-5-2. Il pourra changer pour faire la remontada attendue par le ministre des Sports ?

C’est une équipe que j’ai monté moi-même car ayant pris des joueuses depuis leurs clubs, au tournoi de Tchibanga, dans les établissements scolaires et même dans leurs familles. Mon travail de conception de plan tactique, d’analyse et de jumelage de positons pour tirer des automatismes, m’a permis de mettre ce schéma en place.

 Il y a certainement beaucoup qui me le reproche comme vous le soulevez. Permettez-moi de rappeler que c’est avec ce système que j’ai battu les Congolaises à Brazzaville.

N’ayant pas eu une préparation optimale en termes de matches amicaux pour essayer de proposer un autre système aux filles qui semblent intégrer le 3-5-2, j’ai dû pallier au plus préssent.

Et sur ce point,  j’ai dû faire appel à la fraîcheur à certains postes avec par exemple l’arrivée d’Elvina Ntogono Mezui, de retour du tournoi de Marseille, qui a suppléé Mapicka sans compétitions à Moanda.

Sans répondre aux reproches et autres critiques, je pense qu’avec ces éléments, je ne me sois trompé de dispositif.

Par ailleurs, pour avoir une dépense à 4, l’axe central doit être optimal et suffisamment huilé pour empêcher l’adversaire de nous attaquer de front. Et cela appelle aussi les latérales à être capables de monter afin d’apporter un plus offensif, ne fût-ce qu’au milieu du terrain, et de redescendre une fois le ballon perdu.

Sans trahir un secret, mes joueuses ont des limites athlétiques en raison d’un manque de compétitions. Or en jouant avec trois défenseuses centrales, Flora Bouyi et Darcy Edzoumou, joueuses de couloir, qui ont une grande capacité athlétique, ont ce rôle de repli défensif.

Il nous a manqué un peu d’expérience car jouer sans précipitation et sans se décourager au premier but. C’est tout cela qui a donné l’impression que le dispositif ne fonctionnait pas.

Il ne faut pas aussi oublier qu’on met un dispositif en place en fonction des moyens et du groupe qu’on a sous la main.

On peut avoir des informations sur les blessées constatées au cours du match de Libreville ?

Il était essentiellement question des crampes et des traumatismes musculaires liés au manque de compétitions et de rythme pour affronter un adversaire de réputation mondiale. Mais pour le moment, il n’y a pas péril en la demeure.

Sachant qu’il y a trois buts à remonter. Quel est votre discours aux entrainements ?

Mon discours est simple. Le Ghana est une équipe idéale pour construire notre avenir. Nous sortirons de ces deux matches avec beaucoup d’enseignements et d’expérience.

Je leur demande d’aller à fond et de ne pas regretter quoi que ce soit. Nous devons faire de ce match un match de référence à tous les niveaux et rentrer à Libreville avec le devoir accompli ».

Réalisé par Jean-Claude NOUNAMO

Actuellement en ligne

Nous avons 92 invités et aucun membre en ligne

NEWSLETTER

Souscrire à notre newsletter

Galerie photo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Prev Next
Rugby/Le Gabon décline une invitation de la zone ouest africaine
Rugby/Déçu des pouvoirs publics Pierre Duro jette l’éponge
International/Samuel Eto’o sur les pas de Georges Weah ?
Uniffac-Présidence/Gustave Ndong Edu succède à lui-même
Uniffac-Présidence/Qui de Gustavo Ndong Edu ou de Seydou Mbombo Njoya ?
Handball/La coupe du Gabon interclubs de nouveau reportée !
Afrobasket Dames 2019/Le Nigéria conserve son titre à Dakar face au Sénégal

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON