Can 2019/Les contours du retrait d’Eric Castane Otogo de l’arbitrage

Non seulement qu’il est surpris de la décision mais aussi pense déjà à une injustice et un abandon à soi-même par la Fégafoot.

Notre compatriote, arbitre international élite A, Eric Castane Otogo, n’ira plus à la Can 2019 en Egypte. Une bien curieuse affaire qui risque de faire couler beaucoup d’encre tant elle semble prendre des allures d’un lobby en mouvement.

Retenu par la Caf le 17 avril dernier parmi les 27 arbitres centraux et 29 arbitres assistants appelés à officier la Can 2019 en Egypte, Eric Castane Otogo était donc convoqué à prendre part, du 28 avril au 5 mai à Rabat au Maroc, au stage de préparation des arbitres.

Et à ce titre, il va même recevoir le 15 avril, comme d’ailleurs tous les autres arbitres, centraux et assistants, une lettre d'invitation suivie d’un titre de voyage trois jours plus tard.

Alors que l’homme se préparait d’arrache-pied pour être en condition, il reçoit le 24 avril dernier, un mail d’Eddy Maillet, le chef du Département Arbitrage de la Caf, lui notifiant qu’il n’est plus retenu pour le stage au Maroc et que la Caf va annuler son billet.

Alors qu’on lui demande de « contacter l’administration  de la CAF pour plus d’informations », l’arbitre gabonais apprendra que c’est une décision du président de la Caf.

Dès cet instant, Eric Castane Otogo comprend que les choses sont en train de prendre une autre tournure. Et lorsqu’il reçoit, un peu plus tard dans la nuit, la nouvelle liste des retenus, son nom n’y figure plus.

Et la Fégafoot dans ce dossier!

Eric Otogo se voulant loyaliste va se rapprocher de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) jeudi dernier afin de s’enquérir de la situation auprès du président fédéral, Pierre Alain Mounguengui, qui est aussi membre de la Commission Arbitrage de la Caf. L’arbitre Fifa dit n’avoir pas reçu d’explication convaincante, si ce n’est : « C’est le président Ahmad qui a décidé ».

Et le fils de papa, qui dit n’avoir jamais reçu d’avertissement, encore moins un blâme de la Caf, pleure à l’abandon à soi-même par celui-là même qui a été son formateur. «Est-ce que le Président Fédéral, Mr Pierre Alain Mounguengui n’a pas lâché son fils, l’arbitre international Éric Otogo Castane », va-t-il s’interroger, tout indigné.

L’arbitre international pense même que c’est un coup dur pour la notoriété du Gabon tout entier, éliminé déjà avec la sélection nationale, et maintenant avec le seul arbitre gabonais qui était encore en lice pour représenter le pays à ce rendez-vous du football africain.

Un cas d’injustice flagrante?

Si officiellement nous n’avons reçu aucune explication, tout porte à croire que le mal de Castane prend sa source lors du match qu’il a officié le 6 avril dernier à Conakry et qui a opposé Horoya AC local à Widad Athlétic Club du Maroc.

Selon une lettre de protestation du secrétaire général d’Horoya à la Caf, on peut lire ceci : « Nous venons par la présente vous faire état de notre protestation contre l’arbitrage partial et scandaleux du quator » dirigé par Eric Castane Otogo. Et le club guinéen appellera la Caf à prendre des sanctions contre ledit quator.

Première surprise de notre compatriote, l’arbitre assistant tchadien de ce match, Issa Yaya,  n’a pas aussi été retiré de la liste de la Can 2019.

En revenant un peu en arrière, on se souviendra que lors de la demi-finale retour de la CAF Champions League saison 2018, l’arbitre zambien, Janny Sikazwé, avait été très contesté par le club Angolais, Primeiro de Agusto, pour avoir annulé un but clair contre le club tunisien, Espérance Sportive de Tunis, match qui avait d’ailleurs coûté l’élimination du club angolais.

La Fédération angolaise de Football avait saisi la CAF à cet effet, mais malheureusement, cet arbitre zambien est bel et bien retenu pour la Can Égypte 2019.

En poussant un peu plus loin notre enquête, une autre source nous révèle que le Président de la Fédération guinéenne de football et fondateur d’Horoya AC, le milliardaire Mamadou Antonio Souaré, qu’on dit aussi présent dans la société QNET, qui est l’un des sponsors de la Caf, aurait pesé pour la prise de cette décision.

Même si le puissant président Souaré a toujours clamé qu’il défendra le football guinéen avec toutes ses forces, tout porte à croire qu’à cette allure, on s’éloigne de plus en plus de ce football rassembleur et fair-play pour un football des puissants qui peuvent se débarrasser des faibles à tout moment.

Comment peut-on, pour si peu, sanctionner avec une telle rigueur un arbitre qui a déjà officié 4 coupes d’Afrique et 4 finales de clubs, 2 coupes du monde et plusieurs dizaines d’autres compétitions de haut niveau ?

Selon un ancien arbitre international gabonais joint sur la question, « cette décision n’est pas technique, car la Commission des arbitres de la Caf où siège le président fédéral, Mr Pierre Alain Mounguengui, n’a pris aucunes mesures disciplinaires à l’encontre de l’arbitre international gabonais Éric Otogo Castane. Mais il semblerait que cette décision de retrait de l’arbitre gabonais est plutôt politique ». Affaire à suivre !

Par Jean-Claude NOUNAMO

 

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON