Fégafoot-Linaf/Le ministre des Sports pour trancher le malentendu !

Au centre, une nouvelle règle de la Caf qui exige que les arbitres soient désormais sous la gestion des Fédérations. Directive qui ne passerait pas bien dans les oreilles de la Linaf.

Depuis quelques mois, la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) et la Ligue nationale de football (Linaf) n’arrivent pas à s’entendre sur la question de la gestion des arbitres. Et à quelques jours du démarrage du championnat national, ce malentendu ne fait que perdurer.

Dans le souci d’un arbitrage sur la question, le ministre des Sports, Alain Claude Bilié By Nze a reçu, séparément, ce mercredi au Palais des Sports de Libreville, la Fégafoot, la Linaf et l’Association des présidents de clubs professionnels.

Les présidents de la Fégafoot, Pierre Alain Mounguengui, de la Linaf, Brice Mbika Ndjambou et de l’Association des clubs professionnels, Landry Joseph Nkeyi, ont donné chacun son point de vue au ministre sur la question.

Et après avoir écouté les uns et les autres, le patron des Sports entend d’abord réunir ses techniciens et d’autres experts, avant de trancher lundi prochain.

Les faits

A la suite de l’atelier des présidents des commissions et responsables d'arbitrage des Associations membres (Fédérations : ndlr), organisé du 9 au 15 mars dernier par la CAF au Caire en Egypte, l’instance dirigeante du football en Afrique avait décidé qu’à partir du 1er juin dernier, la gestion des arbitres revenait désormais aux Fédérations.

« Il nous a été donné de constater à l’occasion que certaines Associations membres ne respectent pas les dispositions de l'article 14, al. 1 (point g) des Statuts de la FIFA qui stipulent que «chaque Association Membre doit disposer en son sein une commission d'arbitrage qui lui est directement subordonnée», pouvait-on lire.

Et le communiqué de poursuivre : «L'organisation, les normes et le développement de l'arbitrage doivent être contrôlés exclusivement par la fédération et ne peuvent en aucun cas être supervisés ni contrôlés par d'autres instances tels que les ligues, les syndicats et les gouvernements ».

La décision de la Caf donnait aussi injonction aux Fédérations nationales de créer un Département d’arbitrage et promettait des sanctions à tout contrevenant.

« Les Associations membres qui ne respectent pas ces dispositions sont invitées à s'y conformer d'ici le 1er Juin 2018 au plus tard. Passé ce délai, les contrevenants s'exposent à la "suspension automatique" de la désignation de leurs arbitres et arbitres assistants internationaux par la CAF et la FIFA jusqu'à ce qu'ils appliquent ces dispositions réglementaires », conclut le communiqué.

La Linaf, gestionnaire des arbitres toutes ces années suite à une convention signée avec la Fégafoot, a été saisie par celle-ci afin de se conformer à la nouvelle règle. Ce qui ne passerait donc pas dans les oreilles de Brice Mbika et les siens.

La décision du ministre Alain Claude Bilié By Nze est donc attendue lundi prochain, entendu que la nouvelle norme doit s’appliquer immédiatement donc lors du championnat dont le démarrage est plus qu’imminent.

Par Jean-Claude NOUNAMO

 

 

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON