Portrait-Oyem/Découvrir Grâce Martinez Assengone, basketteuse et footballeuse

Gardienne de buts à l’Union Sportive d’Oyem et meneuse de Galaxy BB, cette jeune sportive nourrit l’espoir de vivre de son sport.

On ne cessera jamais de vanter les vocations sportives du Gabon même si le pays propose ou exige d’autres valeurs qui peuvent faire parler de notre pays comme le sport.

Après Marlène Bigoundou, ancienne handballeuse, aujourd’hui footballeuse professionnelle en, après Macolombe Moussirou (footballeuse-basketteuse), Elsa Betoughé (footballeuse-judokate) et Adérick Abessolo (footballeuse-taekwondoïste), Grâce Martinez Assengone Essono vient est en train d’intégrer ce cercle fermé des sportives doublement douées.

Agée de 18 ans, cette élève du lycée d'État Richard Nguéma Bekale d’Oyem au nord du Gabon est une footballeuse, gardienne de buts, et une basketteuse incontestable dans cette ville où elle semble faire une exception.  

Début de parcours semblable à celui de ses ainées. « Je joue au football depuis l’âge de 10 ans et j'ai commencé dans un petit club, Nkoum Ekeigne, comme gardienne ensuite. C’est certainement par mes compétences que j'ai été sollicitée à l’USO où je joue actuellement », raconte-t-elle.

Remplie d’énergie, Grâce Martinez veut encore valoriser sa jeunesse. C’est de bonne guerre, elle n’a que 15 ans. Et c’est là qu’elle se retrouve dans le basketball. « Le foot, c’était bien avant car j'ai commencé à jouer au basketball à Oyem en 2013 dans une équipe féminine nommée Abunu BB, grâce à des amies. Aujourd’hui je suis meneuse à Galaxy BB ».

Footballeuse, basketteuse et élève, la jeune fille s’en sort pourtant assez bien au milieu des trois activités qui occupent pourtant si bien du temps. En fait, elle a un secret. « C’est très facile pour gérer tout ça. Il faut juste de la discipline, être passionné comme je le suis et mettre Dieu devant tout cela. C'est le secret et la base », lâchera-t-elle.

Malgré ce qu’est le pays en termes de valorisation de ses vocations sportives, la jeune fille rêve, elle a des rêves. Pour elle, « Mon plus grand rêve est de gagner ma vie avec les deux disciplines ou mieux avec le basketball ».

Qui va donc l’aider à vivre son rêve ? Telle est la question qu’on remet aux mains du destin car nos décideurs ont les regards ailleurs, notamment la pandémie du coronavirus qui semble être un grand bizness pour eux ou la légalisation de l’homosexualité dans un pays bantou comme le Gabon.

Par Jean-Claude NOUNAMO

 

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON