Athlétisme/Grâce Matamba : une sprinteuse en larmes de plus !

Comme d’ailleurs tous les autres athlètes du Gabon, la spécialiste des 60, 100 et 200 mètres se demande jusqu’à quand va-t-elle aussi continuer à pleurer.

Grâce Javavie Matamba Mamfoumbi fait partie de la nouvelle génération d’athlètes gabonais qui veulent encore rêver. Même si, à un moment donné, son message laisse croire qu’elle s’enfonce déjà aussi dans le coma comme les autres athlètes.

Née à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié, il y a 22 ans, ses débuts dans l’athlétisme sont particuliers. «C’est par pure providence que je suis dans l’athlétisme. C’est au cours d’un entrainement d’athlètes, il y a deux ans, que j’ai véritablement découvert cette discipline. J’avais apprécié leur manière de courir et tout de suite je me suis sentie athlète », raconte-elle.

Une aventure qui débute et la jeune fille s’est immédiatement mise au travail. Spécialiste des 60, 100 et les 200m, elle dit être consciente d’une part de son léger retard dans ce sport et d’autre part de sa capacité à se mettre au travail et à se surpasser. « J’essaie de m’intégrer dans cette discipline afin de m’identifier et honorer le Gabon dans les jours à venir ».

Représenter le Gabon

Le mot est lâché. Comme tout athlète, Matamba veut honorer le Gabon. Malgré quelques rares compétitions l’année dernières, l’équation pourrait lui être difficile en raison de la léthargie dans laquelle est plongé l’athlétisme au Gabon.

Et de déplorer : « Il n’y a presque pas de compétitions sur le plan local. Jusqu’à ce jour, j’ai pris part aux Olympiades universitaires et à la Grande Nuit des Sports à Port-Gentil. Ce qui est loin d’être suffisant quand on veut se mettre au bon niveau».

Obligée donc de ne s’appuyer que sur le programme de suivi de son jeune club, ZMR Athletic Club, et qui s’entraine rigoureusement au stade de Nzeng-Ayong. « Nous étions trois à nous entrainer avant la création du club mais aujourd’hui, les choses prennent une certaine forme », se rappelle-t-elle.

Ici, la jeune sprinteuse bénéficie d’un programme d’entrainement envoyé par l’ancienne internationale Rudy Zang Minlama mais craint de tomber aussi dans le découragement comme les autres.

« Il y a plusieurs centaines de jeunes gabonais qui aiment ce sport. Mais nous n’arrivons pas à comprendre ce niveau de négligence de l’athlétisme dans notre pays. Où est la ligue ? Que fait la Fédération ? », a-t-elle lancé, appelant les autorités sportives à « prendre à bras-le-corps, le problème de l’athlétisme dans notre pays ».

« Nous sommes motivés à faire l’athlétisme malgré le manque de compétitions mais pendant combien nous le ferons encore ? », a-t-elle poursuivi, presque les larmes aux yeux.

Par Jean-Claude NOUNAMO

 

 

 

www.gabonallsport.info Copyright 2017. R.C.S N° 2014A28001/NIF N° 277799Y – Comptes bancaire LOXIA N° 00165379611. / ECOBANK N° 0010113407054601 .Contacts : +24106057555/+24107302004/E-mail : gabonallsport@gmail.com Libreville-GABON